Ca faisait plus d’un an qu’elle me tentait cette course. Je l’avais découverte je ne sais plus comment, sur internet, via le site internet assez artisanal qui sent bon les courses de village conviviales comme je les aime. Et l’histoire d’une course, le poids d’un nom, ça me parle. Donc le Ventoux, probablement la plus dure ascension de France en vélo, en format semi marathon, fin Juillet dans la chaleur du Sud de la France, ça avait un charme un peu sado-masochiste qui n’est pas pour me déplaire.
Lire la suite de