Un petit test rapide de la Garmin Fenix 5X plus. Attention, ce n’est pas un test de TOUTES les options (je n’ai pas 6 mois devant mois :-P), c’est un test pour mon profil :

  • traileur de niveau moyen
  • 90% de course, un mix de bitume et de nature
  • pas de fractionné (sauf des répétitions de montées)
  • un peu de vélo et de gainage / PPG
  • du suivi d’activités (pas, sommeil, étages)
  • notifications du téléphone

Je ne fais pas de description de tous les écrans, tous les modes, tous les indicateurs, des blogs et sites internet font ça très très bien. Je m’attache plutôt ici à l’essentiel : ce qui marche bien, ce qui marche moins bien.

Confort et ergonomie

Venant d’une Ambit 3, la Fenix 5X plus reste une grosse montre, mais elle est un peu moins épaisse et plus stable sur mon poignet. Je la porte 24/7, et elle peut jeter sur des vêtements à manches longues un peu étroites aux poignets. Mais cela reste une montre qu’on peut porter toute la journée.

L’ergonomie est bonne, le choix de séparer la validation (bouton de droite en haut) et de défilement (à gauche au milieu et en bas) est très pratique. On fait tout à une main sans avoir à “pousser” la montre si on utilise une seule main. Les boutons ne sont ni trop fermes ni trop lâches. Les menus sont hyper complets, mais plutôt logiquement agencés. Il y a vraiment beaucoup de choses : l’affichage de l’heure, puis une série d’écrans en rotation, qu’on peut personnaliser. Et on ajoute une série de petites applications qu’on peut lancer via le bouton en haut à gauche. Il faut un peu de temps pour s’y faire, mais ensuite, ça roule, et vous pouvez simplifier et personnaliser.

La qualité de fabrication est au rendez-vous, du métal, du sapphire, du plastique pour le coeur du boîtier, mais on est loin d’un jouet. Les bracelets en silicone sont de bonne qualité, c’est solide. Bref, ce n’est pas un jouet, mais une montre qu’on peut porter tous les jours si sa taille ne vous pose pas de problème.

Ecran

A 1.2 pouces, il est battu en taille par d’autres marques. Sa résolution n’est pas énorme, ce n’est pas un écran OLED (comme sur une AW ou un smartphone), mais sur le terrain, c’est largement suffisant : c’est HYPER lisible en plein soleil (l’opposé de l’OLED qui souffre de la luminosité élevée). Et les détails, notamment sur les cartes, sont largement suffisant. On peut vraiment voir beaucoup de choses, les noms des rues, les contours des bâtiments. Par contre soyons clair, en courant, difficile de regarder les détails. On s’arrête, on se situe, on utilise les commandes des boutons pour déplacer un peu ou zoomer, et on reprend.

Le souci principal pour moi, c’est le verre sapphire qui impose de choisir entre solidité et lisibilité en intérieur sans activer le rétro éclairage. Celui-ci ne donne pas un résultat super joli, et tape dans la batterie. Donc je préfère ne pas l’activer autrement que manuellement. Le verre sapphire est un aspirateur à reflet, ça gâche un peu le plaisir. Mais Garmin offre au moins le choix du sapphire et d’un verre normal. A chacun de juger en fonction de ses réglages et souhaits. Je privilégie la batterie, donc je n’aime pas trop le sapphire.

Look

C’est subjectif bien sûr, mais les Fenix ont un look sympa je trouve, le côté baroudeur costaud me plaît bien et ne fait pas trop plastique. Je trouvais les Garmin plutôt moche avant, certaines sont maintenant des montres de tous les jours. Surtout en pouvant changer de bracelet. On peut facilement changer pour du cuir, du métal ou une autre couleur, avec le système QuickFit. Vraiment très pratique ! Il faut littéralement moins de 10s pour changer de bracelet. Bravo pour cette idée.

En mode sport

C’est très très complet, comme toujours avec Garmin : des tonnes de mode sportifs, entièrement personnalisables, parfois à outrance. On peut choisir un GPS différent par sport, un fond de carte différent. Bref, si vous aimez personnaliser, c’est le paradis. Sinon les écrans prédéfinis ne sont pas mal.

L’acquisition GPS est rapide, le cardio optique peut se révéler pratique si vous ne voulez pas d’un accessoire supplémentaire, les fonds de carte peuvent vous sauver la vie parfois. On n’ira pas mettre en défaut une Fenix sur la quantité de fonctions et de possibilités. Maintenant regardons ce qui est vraiment bien et ce qui fâche :

Fond de carte

Aucune autre marque ne propose ça, et autant je pensais que ça serait un peu gadget (surtout sans tactile), autant sur le terrain, ça peut sauver la vie. Je trace souvent mes sorties moi même, et parfois, ben y a pas le chemin prévu ! Ou il n’est plus accessible. Et les carrefours avec 4 ou 5 chemins, parfois je prenais le mauvais avec mon Ambit. Avec la Fenix, facile de mieux se guider, ou d’improviser un nouveau chemin. Oui vous pouvez faire ça avec un téléphone mobile, mais il faut le sortir (pas fun si vous utilisez des bâtons…), qu’il ne craigne pas l’eau s’il pleut, il faut capter si vous n’avez pas les cartes en offline. Beaucoup de si, et pour avoir perdu la batterie de mon téléphone en hiver au bout de 2h, je préfère compter sur la Fenix pour suivre mon parcours.

De plus, on peut ajouter des cartes manuellement, dont de l’OpenStreet Map. Gros remerciements à Garmin d’avoir ouvert son système comme ça. Je peux ainsi tracer des chemins manquants sur OSM, et avoir une carte à jour sur la montre. Le grand luxe !

Batterie

L’Ambit 3, c’était déjà conséquent en batterie pour moi, la Fenix grimpe encore. Elle est battue depuis par les nouveaux cadors, mais ça reste très comfortable. Y compris en mode montre, j’atteins les 12 à 13 jours, avec cardio 24/7 et une connexion permanente à mon smartphone.

GPS et allure instantanée

Le sujet qui fâche… Le GPS de la Fenix, avec sa puce Mediatek, ne rivalise sûrement pas avec l’Ambit, ni même avec les nouvelles puces Sony bien optimisées. La plupart du temps, ça va, ne soyons pas non plus catastrophique. Mais quand ça déconne, ça déconne bien, ça vous balance 50m plus loin. L’allure instantanée en souffre beaucoup, surtout que Garmin tente de compenser les perfs du GPS par un algorithme qui va souvent corriger la distance trop courte. Et l’allure instantanée est donc souvent vraiment trop lente. Bref, ne comptez pas sur une Fenix 5X pour vous aider sur un fractionné. La mesure de distance sous évaluée peut également être problématique (on parle parfois de 1km sur 15 à 20…).

Cardio optique

Le cardio poignet, c’est compliqué. Plus la montre est lourde, plus elle bouge, moins c’est fiable. La Fenix 5X plus PEUT donner une très bonne lecture, mais parfois, ça déconne. Il faut bien serrer le bracelet, et c’est moins agréable à porter. Sans parler des sorties en hiver où on préfère porter la montre sur la veste. Bref, ça dépanne, mais sur ce modèle assez lourd, je préfère compléter avec un accessoire dédié (capteur optique de bras pour ma part).

Fonctions de sécurité

Beaucoup plus positif, les 2 fonctions de sécurité intégrées : le suivi de parcours, on partage un lien avec des amis, et ils suivent sur internet votre progression. Ce n’est pas en temps réel, ça rafraîchit parfois un peu lentement, mais c’est quand même très pratique pour indiquer où vous êtes. Il faut bien sur avoir votre smartphone !

Autre fonction, la détection d’incident, qui envoie vos coordonnées à des personnes choisies. Il y a des faux positifs, la montre considère un arrêt normal comme un incident, il faut alors annuler l’alerte sur la montre. A surveiller, j’ai oublié une fois, et vous avez dans la foulée un appel un peu en panique de vos proches. Mais la fonction est intéressante.

L’altimère barométrique à l’oeuvre, ça fonctionne bien !

Récup et suivi de votre entraînement

Vaste sujet, ici pris en compte par plusieurs indicateurs, mais il manque un cohérence d’ensemble et une dimension conseil proactive.

Garmin propose plusieurs indicateurs, le statut d’entraînement avec sa charge de 7 jours, les heures de récup, le suivi du stress, du rythme cardiaque au repos, le Training Effect. Au final, comment s’y retrouver ? Surtout que la charge semble plus servir à un coureur de route qui va vouloir augmenter sa VO2Max et sa vitesse. Pour moi qui augmente plutôt le volume pour préparer une longue course, je me retrouve avec des commentaires peu encourageants, disant que je ne progresse pas. En vitesse, assurément pas, mais pourtant je construis mon endurance. La Fenix ne me voit pas. Je surveille donc les autres indicateurs : rythme cardiaque au repos, stress.

Il manque une analyse de variabilité cardiaque via le cardio optique la nuit (un indicateur plus pertinent pour repérer un sur entraînement), et une vraie synthèse pour vous accompagner. Comme souvent avec Garmin, il y a beaucoup de fonctions, mais ça part un peu dans tous les sens.

Fonctions connectées et de suivi d’activités

C’est ici aussi hyper complet et plusieurs options ne sont pas disponibles ailleurs : musique embarquée, paiement par sans contact par exemple. Est-ce primordial ? Sûrement pas, mais ça peut dépanner. Je n’ai jamais mis de musique dans ma Fenix, mais je pilote mon smartphone pour changer de morceau ou le volume. De même pour la carte bancaire, c’est là en secours si un jour j’oublie mon portefeuille.

L‘intégration des notifications, de la météo et du calendrier est bonne. C’est complet, ça marche très bien la plupart du temps, on peut envoyer des réponses pré-écrites aux messages, voir son planning de la journée, c’est simplet et efficace.

Le suivi des pas, escaliers et du sommeil, c’est plus aléatoire. Les escaliers, ça me semble pas mal et assez fiable. Les pas, ça marche bien sûr, mais si vous faites du vélo, ça ne compte qu’un équivalent très faible. Je trouve ça dommage, c’est un indicateur d’activité totale sur la journée pour moi, je me fiche d’avoir exclusivement les pas. Enfin, le sujet qui fâche, le sommeil. Ce n’est clairement pas fiable, et ça compte beaucoup trop de sommeil. De plus, il manque un indicateur simple pour dire si c’est une nuit efficace ou non. Bref, à revoir ! Ma Fitbit défonçait la Fenix à ce niveau…

Conclusion

Au final, que vaut la Fenix 5X Plus pour mon usage ? A savoir, à la fois une montre de sport et la montre que je porte tous les jours. La Fenix remplit tous les usages, c’est une évidence. Elle est super complète, très personnalisable, et globalement, elle sait tout faire assez bien. Par contre, elle n’excelle pas dans tous les domaines, et certaines fonctions manquent de fiabilité ou de pertinence. Le GPS pourrait être mieux, et la mesure de distance / allure de Garmin n’est pas assez bonne. Le suivi du sommeil est très mauvais, et le cardio optique fait ce qu’il peut.

D’un autre côté, personne ne propose de fond de carte personnalisable (Suunto avec sa 7, mais on ne peut pas importer sa carte), de paiement bancaire, musique embarquée, alerte de sécurité dans une montre tenant près de 2 semaines en batterie.

Donc oui c’est assez cher, non tout ne fonctionne pas parfaitement et d’autres marques ou modèles iront battre la Fenix 5X dans certains domaines. Par contre, le package complet est impressionnant et répond à beaucoup d’usages, avec des fonctions exclusives.

C’est l’heure du bilan sur la Garmin 620. Vous avez déjà sûrement tous lu les quatre articles passionnants sur la nouvelle montre de Garmin. Voici la conclusion, avec un petit résumé des possibilités et le classique “c’est pour quoi c’est pour quoi”

MAJ 16/04/14 : ajout d’un paragraphe sur l’absence de mode vélo
MAJ 22/08/14 : ajout de remarques après utilisation et MAJ de la montre

Lire la suite de

Maintenant que nous avons vu les gros changements de fonctionnalités sur la Garmin 620, il ne faut pas oublier tous les petits changements. Voici un rapide passage en revue de ces différences par rapport aux montres précédentes, ils ne vous changeront pas tous la vie, mais globalement c’est autant de confort supplémentaire pour se concentrer plus sur ce qui compte : courir !

MAJ 11/03/2014 : ajout d’un paragraphe sur la ceinture
MAJ 13/03/2014 : ajout d’un paragraphe sur LiveConnect

Lire la suite de

Garmin a annoncé ses deux nouvelles montres, la 220 et 620, qui vont remplacer les 210 et 610. Attachons nous à la 620, pour les tatoués, les vrais geeks bouffeurs de bitume qui veulent toutes les infos, toutes les stats, tous les chiffres. Quoi de neuf là dedans? Ça vaut l’upgrade ? Le geek doit-il s’exciter ? Voici l’avis de votre coureur favori, toujours chaud à l’idée de tester un nouveau gadget.

Lire la suite de