Skechers GoRun 7 Hyper, le test

Une paire de Skechers de plus en test, je reviens à la marque américaine suite à l’introduction d’une nouvelle semelle. Alors ces GoRun, mieux ou moins bien que les modèles précédents ?

Pour info sur mon histoire avec Skechers, j’ai couru en GoRun 1 (super modèle pour une transition en foulée médio !), GoRun 2, GoRun 2 Ride, GoRun 4, ainsi que Bionic (0 drop), et Bionic Trail. Par contre, depuis la 4, avec laquelle j’ai peu couru, plus rien. Les premiers modèles de GoRun surfaient sur la mode du minimalisme et apportaient une vraie nouveauté, à prix contenu. Puis Skechers a progressivement dévié vers des modèles plus classiques. Le côté assez “mou” des GoRun en faisait des modèles très confortables, mais pas très dynamiques, ni protecteurs avec leur amorti modeste.

Le hyperburst débarque donc, avec des promesses alléchantes sur le papier : un amorti ferme et dynamique, avec un poids super léger. Bref, on se rapproche des concurrents qui travaillent tous sur le “rebond” depuis Adidas et son Boost. Mais à 170 à 250€ la paire, les Boost, MetaRide ou Nike VaporFly sont bien trop chères à mon goût. Donc je tente le nouveau modèle de Skechers, plus cher qu’auparavant, mais pas plus cher qu’une paire de running “non premium” : environ 120€

Les infos de base pour commencer :

  • Modèle de route
  • Drop de 4mm (21 à 25mm)
  • Amorti substanciel en HyperBurst
  • Poids léger (200gr environ)
  • Mesh de type chaussette

Premières impressions

Bon déjà, moi qui fais surtout du trail, le poids est évidemment étonnant ! Surtout pour une chaussure avec une semelle pas très fine. Ensuite le mesh chaussette, ce n’est que ma deuxième chaussure comme ça, donc c’est particulier. Il me convient assez bien, mais l’avant un peu serré de la chaussure moins. Je m’y attendais un peu. L’amorti confirme le changement chez Skechers : c’est nettement moins mou qu’avant ! Pas hyper ferme, mais sûrement pas de type “pantoufle”.

Ensuite il y a cette attente d’un dynamisme de fou. Bien sûr, en marchant ou en faisant 4 foulées dans le salon, pas de miracle. Mais c’est sur le terrain que ça se teste. Allons-y !

Semelle et amorti

Passées ces premières impressions toujours un peu décevantes, le test terrain montre vite qu’on change de catégorie comparé aux premières GoRun. C’est assurément plus dynamique et amorti. Et si l’impression de rebond n’est bien sûr pas marquée, force est de constater que toutes les sorties avec ces GoRun 7 l’ont été à une allure sympa, même sans vouloir pousser l’allure. Les GoRun et GoRun Ride étaient molles, et les modèles GoRun Meb étaient très typées course courte. Ici, Skechers a trouvé un vrai bon compromis, c’est à la fois dynamique, confortable et ultra léger.

L’un des points importants de cette semelle, c’est aussi la forme un peu plus arrondie du talon que les GoRun précédentes, qui revient à ce que les premiers modèles offraient. Ca incite assurément à avoir une foulée plus courte et plus médio. Je tape facilement au dessus de 180 foulées/min avec ces Go Run alors que je suis plus vers 170 / 175 avec mes autres chaussures. Donc oui, il y a un effet de cette semelle, c’est un gros changement chez Skechers. Bien sûr, ça ne vous donnera pas 30s au kilomètre, ne rêvons pas. Pas de plaque de carbone non plus dans ce modèle (c’est réservé à la GoRun Speed Elite, mais c’est plus cher !). C’est une chaussure plus typée pour l’entraînement un peu dynamique. Je me retrouve souvent à courir 10 à 15s plus vite au km que je ferais avec mes autres chaussures plus molles, sans avoir l’impression de forcer plus.

L’accroche est correcte, mais c’est évidemment typé route, avec des espèces de “pods”. On peut faire du petit chemin avec, mais rien de technique. Pas trop de tests sur route humide, mais pas sûr que ça accroche des masses, Skechers n’était pas le roi de l’adhérence sur route humide jusqu’à présent. La GoRun Ride 8 a une semelle Goodyear par contre, de même que la Go Speed, donc Skerchers a décidé de s’appuyer sur des compétences externes, ce n’est pas plus mal.

Mesh et confort

Bon, parlons des choses qui fâchent hélas. Si la semelle est un vrai bonheur à découvrir, le mesh m’a laissé un peu perplexe. C’est confortable à passer, mais si on cherche à tourner vite ou à mettre de l’angle dans les appuis, il ne tient pas assez le pied, et ça bouge. Je lasse un peu plus serré depuis, mais reste que ce haut n’est pas fait pour encaisser des changements de direction brusques. De plus, l’avant de la chaussure est moins large que les Skechers que j’avais utilisées, donc je me sens un peu à l’étroit. C’est dommage, il y a trop d’écart entre le dessous et le dessus. Ce n’est pas rédhibitoire, mais ça limite un peu l’utilisation de ce modèle.

Durabilité et look

D’aspect, la chaussure est nettement plus sobre et sympa que pas mal de modèles de chez Skechers. Elles ne sont pas hyper voyantes comme les Razor (modèle typés encore plus léger et course). Le mesh est fin, respire bien, mais difficile de dire s’il sera très durable, je n’ai que 175km au compteur avec. A voir !

Bilan

Le bilan est un peu contrasté ! J’adore le bas, la semelle est vraiment prometteuse. Au point que j’ai regardé de suite les autres modèles : si la Razor ou la GoMeb ne sont plus vraiment moi qui ne fais plus de vitesse sur route, la GoRun Ride me fait de l’oeil (car plus large sur l’avant et sans mesh chaussette), et un premier modèle de trail est dispo avec une semelle GoodYear !

Par contre, le haut de cette GoRun 7 n’est pas un grand kif, ça bouge trop, et l’avant n’est pas assez large. C’est une chaussure que je réserve à des entraînement sur distances courtes à moyenne, où je peux mettre un peu de rythme, mais sans chercher à faire du “trail urbain” et tourner dans tous les sens.

A noter que Skechers propose déjà une GoRun 7+, avec un mesh plus classique en haut et l’accroche GoodYear. Mais moins d’amorti et un peu plus de poids. La marque tâtonne donc un peu pour trouver les bons compromis avec cette nouvelle semelle, entre les Razor, GoRun, Ride et Speed et MaxRoad.

Le prix assez classique de cette GoRun en fait une alternative sympa aux Boost / Metaride et autres Nike beaucoup plus chères. Mais le souci principale de Skerchers, c’est la distribution. Comment tester ces GoRun ? Rares sont les magasins à les proposer… Skerchers tient une très bonne semelle, mais sans vraiment réseau de distribution il sera compliqué d’en faire un succès.

Skechers GoRun 7 Hyper

120€
8.4

PERFORMANCE ET FONCTIONNALITÉS

8.0/10

QUALITÉ DE FABRICATION

9.0/10

CONFORT ET ERGONOMIE

7.5/10

LOOK

9.0/10

RAPPORT QUALITÉ/PRIX

8.5/10

Pros

  • Bien amorties et dynamiques
  • Très légères !
  • Gueule sympa

Cons

  • Mesh pas assez sécurisant
  • Avant pas assez large
  • Réseau de distribution faiblard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.