Non non non, toujours pas !

Non, je ne suis pas un cycliste, même après quelques mois à en faire beaucoup plus régulièrement. Je crois même que les dieux du vélo ne me veulent pas vraiment (attention, cet article contient un language déconseillé aux plus jeunes).

Episode 1, la Guerre des Etoiles

Prologue

Dernier exemple, mes pédales auto pour VTC. J’en avais un peu marre des cale pieds, donc j’ai commandé des chaussures et pédales auto Shimano, Click’r, version spéciale VTC. En Allemagne, histoire d’avoir un bon prix. Et si la taille des chaussures s’est avérée bien choisie, les pédales, euh… L’étiquette était la bonne, mais la boîte et les pédales étaient un modèle de VTT sans la cage en plastique pour être « bi ». Email, attente, réponse, demande d’échange… Donc je renvoie et j’attends. Et je reçois un email en allemand me disant que j’allais être remboursé… Pas top, je les avais eu en promo avec les chaussures, les acheter seules allait me coûter un peu plus cher. Je prends un peu mon temps pour passer commande ailleurs, heureusement, car quelques jours plus tard, second mail en allemand me confirmant l’expédition de mes pédales. Ouf, un peu plus et j’en avais deux paires !

Passage en vitesse lum…

Bref, je patiente, je reçois mes pédales. Et je profite de la belle météo du Dimanche pour aller les monter et les tester à Vincennes. Enfin, ça, c’était le plan. Car après avoir démonté la première pédale, et monté ma Shimano, je passe à la seconde. Alors là, je vous arrête TOUT DE SUITE. Oui, j’ai bien tourné dans le bon sens, càd anti-horaire par rapport au sens de pédalage. Donc non, je n’essayais pas dans le mauvais sens, je suis mauvais, mais pas à ce point ! Mais rien à faire, ça ne se dévisse pas. Pourtant, j’y vais franco. A la clé à pédale Décathlon, que je commence à déformer légèrement, à la clé allen sur laquelle j’en arrive à monter de tout mon poids, mais rien. Je décide de tester à la dévisseuse électrique sans trop y croire, et évidemment, après être monté au 10ème la chercher, je redescends sans les embouts allen. Je suis toujours habillé en cycliste, avec mes chaussures de vélo qui font clic-clic à cause des cales SPD, j’ai l’air con et un peu frustré. Donc je fais une pause, et je remonte me calmer après avoir remis tout dans la cave (oui car je suis en immeuble, avec une cave grande comme une boîte à chaussure. Donc bricoler le vélo demande de le sortir à chaque fois. Et le ranger à chaque erreur).

Respiration

Comme je suis un peu têtu, je redescends un peu plus tard avec les embouts, et un plan B. J’ai été voir sur internet bien sûr, comme tout bon débutant qui se doit. Et internet pour le vélo, c’est comme internet quand on a un bobo : on arrive avec un début de tendinite, et on repart avec un cancer et 2 mois d’espérance de vie. Donc j’ai une pédale un peu récalcitrante, je lis trois forums, et je me vois déjà ramener le vélo dans un magasin ou devoir changer tout le pédalier pourtant tout neuf. Bref, j’y retourne, habillé normalement parce que l’heure d’aller faire du vélo est bien sûr passée, et sans être super optimiste. Evidemment, la pauvre visseuse électrique se prend une branlée et abandonne. Je passe donc au plan B : la clé à pédale livrée avec le vélo. Qui n’est évidemment PAS dans la cave, mais ça je m’en doutais un peu. Comme quoi, je commence à m’habituer à ces petites crasses. Donc je vois tout de suite pour passer chez mon beau-père, où le carton du vélo est entreposé. Avec la clé.

Et maintenant, comme dans tout bon film américain, ça se termine bien : je trouve bien la clé dans le carton, j’arrive à démonter la pédale très rapidement, et j’évite soigneusement de les revisser comme un bourrin. Et même il commence à faire nuit, je glisse le bas de mon survet dans ma chaussettes, et je pars essayer mes petites merveilles. Et là c’est vraiment la fin de film à la Hollywood, c’est comme lorsque James Bond galoche la belle James Bond girl : je prends mon pied. Les Click’R de chez Shimano sont spécialement prévues pour le VTC, et pour permettre de dés-enclencher très facilement en cas d’urgence. Comparé à mes Keo de vélo de route, c’est le jour et la nuit : double face, donc finie la prise de tête de mettre la pédale dans la bonne position, cage en plastique pour pouvoir utiliser le vélo sans chaussures spécifiques aucazou, enclenchement et dés-enclenchement hyper hyper facile, chaussures type VTT qui évite de ressembler à un imbécile quand on descend du vélo. Tout ça pour 30€ ! Bon ok, j’ai testé sur 500m. Mais franchement, j’ai kiffé. Evidemment, ça ne doit pas permettre d’envoyer autant de force que des pédales de vélo de route classiques, mais je ne sentais absolument pas d’en monter sur mon VTC vu les fréquents arrêts non prévus.

Bon voilà, au final j’ai pas fait un kilomètre, et je me suis bien agacé pour une simple pédale. Je ne suis pas un cycliste, je vous dis. Je pense que je risque de faire TOUTES les conneries du débutant. En fait, j’ai bien dû faire un peu les mêmes en course à pied, mais la différence étant qu’on est rarement, voire jamais, vraiment empêché d’aller courir. En vélo, avec un pneu à plat et la mauvaise pompe, on peut déjà se retrouver bien con.

L’empire contre attaque

Quelques mois plus tard, dans une galaxie pas éloignée du tout…

Fort de cette expérience assez désastreuse de changement de pédales sur mon Canyon, je m’avançais nettement plus confiant cette fois en achetant une superbe paire de pédale Shimano SPD premier prix pour mon vélo de route. Oui les Keo c’est bien sympa, mais ça déclipse pas si facilement, c’est simple face, et ça me force à avoir deux paires de chaussures non interchangeables. Donc à moi le full SPD, la simplicité, la belle vie. Je descends donc à la cave sur le coup de 10h30, et je préviens avec optimiste « je change mes pédales, je file faire un petit tour à 11h, à midi je devrais être rentré ». Cette fois-ci, ça n’allait pas être le merdier comme la fois d’avant. Mais oui bien sûr.

Sortie du vélo. Recherche de la clé à pédale Canyon des enfers de la mort qui tue (voir épisode précédent), premier échec. Mon beau père l’a sûrement « rangée ». Mais aucun stress, j’ai la clé Décathlon, moins costaud, mais qui fera sans doute l’affaire. Je me penche sur les pédales et … la clé ne passe pas. En fait je mets quelques minutes à comprendre qu’il ne faut pas utiliser de clé à pédale sur des Keo, il suffit de dévisser via l’axe de la pédale. Easy. Outil multi-fonction Décathlon, hop la grosse clé Allen, hop elle rentre bien… et tourne dans le vide. Trop petite. Réfléchissement. Il me faut une 8mm. J’ai une clé plus grosse dans la sacoche du VTT qui est… au bureau. Et qui est probablement trop grande. Je remonte. Je fouille. Rien, une autre clé de 6mm, mais aucune de 8. Un tournevis ? Vu la « facilité » avec laquelle j’ai pu défaire les pédales précédentes, on va éviter une humiliation supplémentaire.
Ma femme me propose simplement « prends un autre vélo, t’en as plusieurs ». Autrement dit « accepte la défaite, loser ». Une nouvelle fois. Le traumatisme de la précédente opération de changement de pédale revient. Non, je ne céderai pas cette fois. Je vais pas me laisser emmerder par des putains de pédales bordel. Direction, Décathlon, la Mecque du sportif du Dimanche (car oui, c’est ouvert le Dimanche). Qui évidemment n’est pas un magasin de bricolage et n’a pas de clé Allen de 8 de fort beau gabarit. Mais je déniche une variante du fameux outil multifonctions, avec un embout pour adapter le 6mm en 8mm. Oh joie, oh bonheur. Délesté de quelques 7€, je reviens chez moi. J’ai faim, j’ai soif, mais je n’abandonnerai pas. Je ne monte même pas chez moi, directement la cave. L’antre de la bête. Je ressors le vélo. Je revérifie le sens de dévissage des pédales pour la 14ème fois, et je réussis quand même à me planter (oui, DE-vissage bordel, pas VISSAGE !). Je me calme, je respire, je vérifie plusieurs fois que j’ai BIEN COMPRIS COMMENT DEVISSER DES PUTAINS DE PEDALES BORDEL DE MERDE.

Respiration

En position. Gnnnnnn. Rien bien sûr. Quedalle. J’essaye plusieurs positions, je force, je pousse, je geins, quedalle. La Keo me nargue. Je pousse plus fort, je vais pas abandonner bordel. Bing, l’outil de Décathlon perd son écrou et manque de partir en plusieurs morceaux. Je le revisse, je me calme, et dois me rendre à l’évidence : il va casser avant que cette PUTAIN DE PEDALE ne bouge. Respiration. J’en ai un autre, plus long. En haut. Je remonte chez moi, chercher le nouvel outil multifonction miracle. Un peu plus de bras de levier, il faut essayer. Gnnnnnnnnn. Rien. Sauf que j’ai réussi à tordre le nouveau multifonction. Qui va donc me péter AUSSI dans les mains si je pousse plus fort. BORDEL DE MERDE DE PUTAIN DE FAIT CHIER.

Respiration

Il faut du bras de levier, c’est pourtant simple. C’est de la physique, soyons basiquement LOGIQUE. Utilise ton cerveau François, bordel. Je peux trouver un Leroy Merlin ou un Casto ouvert le Dimanche. Et je dois donc RE-prendre la voiture, RE-brûler de l’essence, tout ça pour trouver une simple clé Allen à rallonge. Réfléchis François bordel réfléchis. Clé à molette. Une clé à molette, fixée sur la clé allen, ça rajouterait du levier. Mais une prise sur quoi ? Sur le multi-fonction qui n’est pas très plat, ça va vite me péter entre les doigts. Mais la clé de 6 du multi-fonction, sortie du multi-fonction, c’est assez plat, à la base. Je démonte donc la dite multi-fonction, pour récupérer la clé de 6, avec son embout pour 8mm, et je monte chercher une clé à molette. Je redescends. Notez bien que si personne n’a la gentillesse de m’assister dans ma bataille contre une pédale, remonter signifie ranger le vélo et tous les outils dans la cave, fermer, remonter, redescendre, réouvrir la cave, tout ressortir, car la cave est trop petite pour bricoler à l’intérieur. Donc on y réfléchit à deux fois avant de tenter toute opération.
Respiration. En position. Gnnnnnnn on pousse gnnnnnnn. Rien. La clé Décathlon est un peu longue, pas sûr que je tourne parfaitement dans l’axe avec mon bricolage à deux outils. Je regarde donc mon TROISIEME PUTAIN DE MULTIFONCTION, qui est un peu plus courte pour le coup (ouais j’en ai 3, trois tailles différentes, j’adore les multi-fonctions, je collectionne les multi-fonctions). Donc ça pourrait être plus efficace. Démontage d’un second multi-fonction.

Respiration

En position. Gnnnnnn. Rien. PUTAIN MAIS TU VAS BOUGER BORDEL. Gnnnn gnnnn gnnnnnn CLAC. Oh putain j’ai pété un truc. Je regarde, les outils semblent ok, la manivelle aussi, je tourne la pédale QUI BOUGE OUIIIIIIIIIIII. RAHHHHHHHHHHHHH. ET DE UNE BORDEL !!! Je retourne le vélo, je réfléchis encore une bonne fois au bon sens de dévissage (facile l’astuce : vélo debout, pédale en bas, clé Allen vers l’arrière du vélo à l’horizontale, et on la pousse vers le bas. Ça marche des deux côtés. Pour un neuneu comme moi, c’est idéal. Donc je vérifie, et hop, GNNNNNNNNNNNNN RAHHHHH GNNNNNNNNN BORDEL GNNNNNNNNN CLAC ! Le même bruit qui donne l’impression que j’ai pété le vélo en deux. Mais non, c’est juste la pédale qui a bougé. Enfin. Je dévisse. Victoire. Un vélo sans pédale, enfin.
Montage des Shimano. Je graisse le pas de vis, je monte avec ma clé à pédale qui va bien, non sans avoir bien vérifié le côté de chaque pédale. Il est 13h, j’ai ENFIN un vélo près pour mes chaussures Shimano. Je range tout mon petit bordel dans la cave, je sors le vélo à l’extérieur. Et je me rends compte que je n’ai pas remis mon multi fonction dans la sacoche du vélo. Sait-on jamais ce qui va arriver pendant ma sortie, je réouvre la putain de cave, je récupère l’outil, je referme tout bien, et j’en profite pour régler le serrage des pédales presque au minimum. Ça déclipse facile. Sans avoir à tourner la pédale du bon côté. Simplicité. Confiance. Je ne verrai plus arriver de feu avec appréhension.
La suite de cette histoire est presque digne d’un Walt Disney : montée à Vincennes à bon rythme, gentil défoulage sur le polygone, pétage de KOM dans tous les sens (non je déconne, j’avais faim et y avait du vent), retour à la maison sous un soleil radieux et les vivas de toute ma famille (non plus, ils faisaient la sieste ces feignants). J’ai quand même pas mal roulé, contrairement à la fois précédente où j’ai fini à la nuit tombante, les chaussures semi-rigides sont sûrement moins efficaces, mais à mon niveau, on s’en tamponne. J’ai des pédales plus simples qui me feront prendre ce vélo plus souvent, et J’AI PAS ABANDONNE BORDEL. Je suis peut-être pas doué avec un vélo, mais il n’allait pas me la faire de travers une deuxième fois quand même !

The end

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.