Non, définitivement non.

Donc Samedi, je suis retourné à Vincennes sur mon vélo de route, histoire déjà de le faire tourner, et ensuite histoire de faire du vélo facile, fluide, sans arrêt à des feux, pour faire tourner les jambes et ne pas taper dans le genou droit à force de relances.
 
Trois constatations :
 
  • quand on est pas cycliste, mais qu’on a l’impression d’avancer un peu sur le polygone à Vincennes parce qu’on double les VTTs et les autres personnes venues faire les touristes, il ne faut pas aller regarder son classement sur Strava, parce qu’on se fait vraiment remettre à sa place. Bam.
  • je n’ai jamais fait plus de kilomètres en vélo en une seule sortie qu’en course à pied. Je ne pense pas avoir fait plus de 65km en vélo depuis plus de 20 ans. J’ai fait 67km en course à pied. Ça montre à quel point je ne suis PAS un cycliste.
  • Constatation confirmée au retour avec un jolie demi-pétage de gueule à l’arrêt à cause de la cale auto que je n’arrive pas à désenclencher. C’est pas comme si je me caissais la gueule à l’arrêt en course à pied hein ? 

polygone_vincennes

Bref. Chui pas un cycliste. J’ai pas l’âme du cycliste. J’ai pas les jambes du cycliste. J’ai vaguement un matos de cycliste qui pourrait faire croire que, et encore, j’ai souvent un t-shirt de course à pied, j’ai pas de cuissard à bretelles et j’ai même pas de compteur sur mon vélo. Donc non. Je suis un coureur qui fait un peu de vélo. D’où après l’article qui précède et celui-ci, celui qui va suivre (oui, tout ceci fait preuve d’un vrai cheminement de pensée et d’une grande vision d’ensemble cohérente et n’est pas qu’un défouloir à petites anecdotes sans intérêt. C’est un grand défouloir à plus grandes idées sans guère plus d’intérêt.)

4 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Ta dernière phrase m’a donné mal au crâne.
    Vive le vélo ! Vive les cuissards moches ! Vive les traces de bronzage disgracieuses ! Vive les genoux amochés ! Vive les casques qui font mal à la tête ! Vive les moucherons collés dans ta sueur !

    • Traîtresse ! Lâcheuse ! Ah ouais ça aime quand ça descend avec le vent dans le dos, la facilité, quoi. Que nous, même en descente, surtout en descente même, on en chie AUSSI ! Hé ben ouais.

      Et ma dernière phrase est justement là pour vérifier que mes lecteurs ont encore quelques neurones en état de marche. Ton casque te sert trop la tête.

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.