Prépa Pastourelle S6 : festina lente

La S6 se poursuit sur la lancée de la S5 : on se sent enfin dans une forme correcte, avec la capacité de faire des séances plus longues. En bonus, une belle SL pour finir la semaine !

Donc le mardi, après la traditionnelle journée de repos du lundi, on commence par une sortie bien matinale pour tâter de la forêt de Rambouillet. Mais au lieu de faire le traditionnel circuit de 8.5km, on allonge, pour pousser à 1h10. Une sortie plutôt tranquille à jeun, ça ajoute 12km sans tuer le cardio (150 puls/min) et on se sent bien.

Le mercredi soir, c’est le nouveau « Run taf », on remplace le métro par un retour à la maison 100% bitume. Ça se fait sous une plus ou moins légère pluie, en se trompant un peu de chemin, mais avec des sensations sympas à nouveau. Et comme on veut améliorer un peu sa vitesse, on fartlek, rien de très intense et long, mais au moins on change de rythme ! Hop là, 11km en 58 minutes (159 puls/min).

Le jeudi, on sèche. Pas de bonnes sensations, et un emploi du temps plus contraignant que prévu. Vu le volume prévu, je ne suis pas du tout en retard, et je veux éviter la surenchère. Donc pause. Le vendredi, on fait ce qu’on ne faisait pas l’année dernière : une séance qualité vitesse. Donc un petit triple KOM Strava après le boulot : un 800m environ, bonne récup, un kilomètre, petite récup, et une montée de pont. Après être parti un peu vite à l’échauffement et sans me sentir hyper bien, j’améliore tout de même mes trois chronos, il est vrai assez récents. Pas de quoi gazer, mais au moins on équilibre mieux l’entrainement. 7.5km en 37′.

Le samedi, re-repos, bien aidé par une météo pas trop propice à une petite sortie vélo. À nouveau, rien de bien important, le volume hebdomadaire est bien dans les clous.

Chevreuse

Le dimanche, on diversifie un peu. Y en a marre de Vincennes et ses micro-côtes, on part à Chevreuse au tout petit matin pour se garder du temps de libre pour la famille ensuite. Donc une compote et on file dans la voiture alors qu’il fait encore nuit. 45 minutes plus tard, il fait 0°C, il y a du brouillard, et je me rends compte que je n’ai pas les points de passage enregistrés sur le parcours… Un parcours récupéré sur OpenRunner, très typé D+ avec de multiples zig zag pour ajouter des côtes, et impossible à suivre sans quelques indications. Autant dire que ça commence bien, mais c’est justement ce que j’apprécie parfois : se retrouver tout seul avec un plan qui ne se déroule pas sans accroc, où on pourrait très bien remettre son cul dans la voiture et rentrer chez soi. Ça teste l’envie. Donc j’improvise un suivi du parcours de mémoire en gardant l’objectif : 2h30 / 600m de D+.

Moi le Dimanche, je cours à Blair Witch

Moi le Dimanche, je cours à Blair Witch

 

Évidemment, je me plante un peu. Évidemment, je suis tout seul, il fait froid, parfois bien gras par terre. Mais une fois échauffé, le plaisir de se faire sa sortie, avec de vraies montées bien sèches, des sentiers tranquilles, une lumière du matin qui donnerait de superbes photos (vivement le prochain photorun !), des jambes très correctes qui permettent de progresser sans se faire mal, ah putain, c’est bon. Je me suis même fait la remarque en haut d’une montée, après plus de deux heures de course. C’était beau (cf la photo ci dessous), calme, on entendait la rosée tomber des arbres, j’étais un peu fatigué mais encore bien vaillant et je me disais simplement « C’est mon truc, je suis à ma place ici. C’est ma came ». Avouez que le reste, les chiffres, la moyenne, le D+, ça n’est finalement plus qu’un détail comparé à ça.

Le kif

Le kif

Bon, j’ai quand même surveillé la montre pour suivre l’objectif. Le plan c’est le plan, le suivre et en sentir les effets fait totalement partie du kif. Donc 2h42, 22km, 670mD+. C’est lent, mais les pauses « consultons le parcours et décidons de la suite  » n’ont pas aidé. Et on connaît OpenRunner, le D+ est souvent sous estimé. Le parcours initial devait taper dans les 800/900m de D+ et aurait été trop long : pas de course à l’armement cette année, on augmente le volume avec raison, donc cette SL est bien dans les clous. Enfin, mis à part un adducteur un peu tendu à mi parcours, les jambes vont pas mal du tout ! Donc le bilan est très positif.

L’après midi on fait une petite séance décrassage sur le vélo, 32′, histoire d’atteindre l’objectif des 5h30 – 6h prévus. Hop là, ça c’est fait.

Bilan

  • 5h56, dont 5h34 de course, 5 entraînements
  • 63km dont 10km de vélo
  • 860m de D+, c’est honorable à défaut d’être beaucoup
  • 20 minutes en zones cardiaques 4/5, c’est léger, mais 2h30 en zone 3
  • De la qualité tout de même : une séance vitesse, un peu de fartlek bitume et du technique le dimanche
  • Pas de vrai bobo, juste des petites douleurs peu inquiétantes (côté intérieur du genou gauche, toujours)

Au programme de la S7 : augmentation du volume, surtout en semaine, puis sortie vélo avec Jaife et Running Sucks le week-end. Ça va manquer un peu de D+, mais après la semaine de relâche en S8, on va finir plus fort (et mieux que l’année dernière).

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.