[Test] Altra Lone Peak Neoshell

Enfin une chaussure zéro drop sur PAP, il était temps ! Et c’est la première Altra à être testée, en version spéciale « mauvaise météo », pour les traileurs qui aiment bien salir leurs chaussures : la Lone Peak Neoshell. Allez, à la boue, à la crasse, à la flotte !

Présentation

Altra Lone Peak NeoShell 2.0

La Lone Peak est le modèle intermédiaire du fabricant américain : environ 330gr, un amorti assez conséquent de 24mm, taillé pour la nature et les chemins. Cette version NeoShell embarque une tige étanche et qui garde les petoux au chaud, sur la base de la Lone Peak 2.0, depuis remplacée par la 2.5 (et bientôt la 3.0). La première impression avant même de déballer la chaussure, c’est la boîte, tout à fait sympathique et qui explique la philosophie de la marque. On sent le travail de passionnés, ça change un peu des emballages très propres sur eux des grosses marques. On y parle de forme du pied, de « capsule temporelle » pour garder vos médailles, dossards, etc… Le seul détail qui fâche, c’est le petit autocollant qui dit que cette chaussure contient des composants qui, en Californie, sont considérés comme cancérigènes ou dangereux. Bref, ne mangez pas vos Altra.

Seconde impression, la taille de la chaussure. L’avant est large bien sûr, pour laisser les orteils respirer et faire ce qu’ils veulent. Mais même l’arrière fait large. La tige est épaisse, on sent la chaussure vouée à bien protéger le pied. Pour quelqu’un comme moi venant de chaussures assez légères (mes traileuses les plus lourdes faisaient 275gr jusqu’à présent), cette Lone Peak fait tout simplement costaud. Le look n’est pas ultra sexy, il faut bien l’avouer. La couleur grise lui donne un aspect très discret, bien loin des couleurs fluos souvent utilisées de nos jours. Les Altra n’ont jamais été ultra sexy, sauf quelques modèles plus récents. La Lone Peak se fond donc dans la masse, les fans de chaussures discrètes seront heureux, mais dans cette couleur, la chaussure fait un peu austère tout de même. La version verte est un petit peu plus sexy (comprendre : moins moche), mais dure à trouver.

En pratique

Trève de blabla technique, passons aux choses sérieuses. Comme toujours, on ne pond pas un article au bout de 3 sorties sur PAP, on a fait un minimum de kilomètres dans ces Altra, et on leur a fait voir du terrain varié. Bref, elles sont bien sales et affichent 150km au compteur.

Une fois aux pieds, on ressent le poids, c’est indéniable. Ainsi que l’amorti uniformément reparti. C’est la première fois que j’ai plus de 20mm de semelle sous l’avant du pied, ça se sent bien, et c’est agréable. Le 0 drop se fait également bien sentir. Habitué à du 4 à 6mm, je suis donc parti sur de petites sorties pour tester ces américaines. Et si le poids se fait toujours un peu remarquer sur le terrain, ce sont autrement des chaussures faciles à courir : la semelle épaisse n’en fait pas un modèle de souplesse bien sûr, mais c’est très loin d’être une planche. Au contraire, les Lone Peak se révèlent assez fluides à courir vu leur poids, la semelle uniforme déroule facilement sous le pied tant qu’on ne pousse pas trop, et l’amorti conséquent est appréciable en terrain un peu accidenté. Les sensations de contact ne sont évidemment pas celles d’une chaussure à petite semelle, mais restent correctes. L’avant très large permet d’avoir des appuis sécurisants. Le compromis amorti / sensations est donc correct.

Altra Lone Peak boueuses

Qui veut un peu de terre ?

Les crampons assez durs de la semelle font leur travail sur le terrain. Par temps sec, la chaussure est sécurisante, l’accroche est bonne, on peut tirer un peu dessus sans risque, surtout que l’avant très large stabilise beaucoup. Sur terrain gras, la taille modeste des crampons impose plus d’attention. La boue a également tendance à rester un peu collée sous la chaussure, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-contre.

Bref, ce modèle ne cherche pas à concurrencer les spécialistes de la boue. On peut par contre leur imposer un peu de bitume sans trop de souci. Concernant la durabilité de la chaussure, je ne me fais pas trop de souci pour l’empeigne ou l’amorti. La chaussure fait solide, et l’amorti assez ferme ne semble pas trop se tasser. Pour la semelle extérieure, j’ai quelques petits doutes sur l’avant du pied : ses crampons semblent s’user vite, alors que ceux de la partie blanche paraissent bien plus résistants. Donc il faut surveiller l’évolution. Mais de toute façon, ce n’est pas une chaussure hyper réactive pour pousser fort, donc cette usure sur l’avant ne devrait pas nécessairement poser problème.

Enfin, la tige étanche qui fait la spécificité de ce modèle remplit également très bien sa tâche : sans l’avoir testé sous une grosse averse, ni avoir cherché à sauter dans toutes les flaques d’eau (on reste en conditions normales de course), jamais je n’ai eu les pieds humides. Pourtant les passages sur l’herbe mouillée ou dans 30 cm de feuilles, les footings sous une petite pluie ou au milieu des flaques ne manquent jamais d’imbiber gaiement mes autres chaussures. La respirabilité m’a surpris, je m’attendais à ce que les chaussures sentent le rat mort après quelques sorties, mais elles gardent les pieds au sec en évitant les odeurs. Par temps relativement froid (je n’ai pas pu tester en températures négatives), les pieds n’ont jamais froid. Sur une sortie un peu longue en montagne ou en terrain humide, ces caractéristiques sont franchement appréciables, plus que j’aurais imaginé ! On se fait vite à ce comfort.

Au final, s’il faut évidemment faire très attention à ses mollets et tendons d’Achille avant de passer sur ce genre de chaussures, on trouve ici un compromis très intéressant entre une bonne protection du pied, à la fois dessous (bon amorti) et dessus (étanche), et l’aspect naturelle de la foulée (avant large, zéro drop). Et surtout un compromis rare, les runnings avec ces caractéristiques ne sont pas légions du tout. L’accroche est correcte, la chaussure assez polyvalente même si elle montre ses limites sur terrain gras, le prix est dans la moyenne pour des chaussures avec ces fonctionnalités (environ 135€, pas donné mais la membrane étanche a un petit surcoût) et elle sait se faire très discrète (comprendre : elle est un peu moche). La durabilité reste à confirmer, surtout sur l’avant du pied. Globalement, avis très positif pour ce modèle, que je réserve à des sorties à allures modérées.

Vidéo champêtre

Pour qui pour quoi ?

  • sortie longue ou footings tranquilles
  • terrains mixtes
  • protéger ses pieds du froid et de l’humidité
  • ceux qui aiment les chaussures à foulée naturelle
  • les fans de look ultra sobre

Mais sûrement pas pour

  • envoyer des sorties rapides
  • évoluer gracieusement sur un terrain ultra gras
  • assortir avec sa tenue très fluo
  • les tous petits portefeuilles

Altra Lone Peak Neoshell

135 € environ
Altra Lone Peak Neoshell
76

Performance et fonctionnalités

9/10

    Qualité de fabrication

    9/10

      Confort et ergonomie

      9/10

        Look

        4/10

          Rapport qualité/prix

          8/10

            Pros

            • Etanchéité et chaleur
            • Robuste
            • Bon amorti
            • Zero drop avec avant large
            • Configuration très rare

            Cons

            • Pas très jolie
            • Un peu lourde
            • Durabilité des crampons avant à voir

            1 commentaire » Ecrire un commentaire

            Laisser un commentaire

            Les champs obligatoires sont marqués d'une *.