Mais sinon, tu cours ? Bilan Juin/Juillet 2015

Les bilans mensuels, j’en fais pas vraiment mensuellement. Surtout que c’est rarement passionnant. Mais un petit point quand même, histoire de voir où se situe l’état de forme avant les grands travaux de l’été.

Après la Pastourelle, le mois de Juin a mis l’accent sur la récupération / réparation. Il faut dire qu’on avait terminé le trail auvergnat avec une douleur à la voûte plantaire (légère mais tenace), et un genou droit un peu plus inquiétant. Donc le plan de bataille de Juin / Juillet était clair : vélo pendant trois semaines, on valide que les bobos sont guéris ou en voie de guérison, on remet de l’entraînement course à pied plus léger qu’avant avec un focus sur le D+ et la vitesse, afin de préparer le Ventoux (semi marathon « seulement », mais tout en montée). La fin de préparation très chamboulée et la course avaient laissé des traces et des doutes. Autant à S -3, on était un vrai avion de chasse, autant ensuite, les coup de froid / coup de fièvre / blessures ont marqué le corps et dans une certaine mesure la tête. Pourtant, aller à la Pastourelle pour faire de son mieux avec l’état de forme du moment était la chose à faire : le résultat est loin d’être ridicule (45min de mieux que l’année précédente dans le dur, même si le parcours était un peu différent), et le sentiment de ne rien avoir lâché est primordial. Des doutes sur la récup, il y en avait, mais un abandon aurait eu plus de conséquence sur la tête à mon avis.

Donc Juin, 13h10 d’entraînement, mais 8h30 de VTT… Donc à peine 4h30 de course, 50km et 400m de D+… On va dire qu’on maintient l’endurance, avecb surtout des petites sorties sous le soleil pour s’habituer à la chaleur. Un fractionné en côte sanctionné par une douleur au genou droit, ça a incité à être prudent sur la posture et les descentes. Le plus important reste qu’on a suivi le plan de bataille : se retaper un physique, sans chercher à faire du volume.

image

Juin, un peu léger en intensité

Juillet, ça bascule dans l’autre sens, 15h30 d’entraînement, avec 2h10 de VTT, et 13h20 de course, pour 130km et 3000m de D+. Ca redevient respectable, même si un peu léger en prévision des courses d’Août / Septembre. Mais à nouveau, l’accent est mis sur les sensations, la gestion de la fatigue, du corps et de la chaleur. Plus d’intensité, un petit frac sur piste, du D+ sur route ou montagne, du soleil, avec comme point culminant le semi du Ventoux avalé avec évidemment difficulté mais honorablement.

image

Juillet, l'intensité revient à une bonne proportion

Le mois se termine en ayant très bien récupéré de cet effort intense, avec un genou droit muet, une voûte plantaire presque guérie, et de bonnes sensations malgré le sommeil encore très perfectible. Bref, on ne lâche pas le morceau, le volume est décent vu les objectifs, il faudra bien sûr l’augmenter en Août. Sûrement moins qu’en Mars Avril où le surentraînement avait sûrement un peu pesé dans les déboires du mois de Mai.

Le plan 2015 est-il suivi à la lettre et les challenges de fin d’été appréhendés avec une totale confiance ? Non. La prépa tronquée et les bobos ont mis quelques doutes dans la tête, le mois de Juin a été léger. Mais on ne court pas après un objectif papier de Janvier. On court sur la forme du moment, en s’adaptant tout en gardant motivation et confiance. Est-il possible et raisonnable d’enchaîner KV + UT4M 40km + T6B 67km ? Je n’en ai aucune idée. Début Juin, j’en doutais pas mal. Aujourd’hui, je me garde la possibilité de retirer le KV en fonction de mon état de forme le jour J. Mais pouvoir enchaîner l’UT4M en dernière sortie longue « je me fais plaisir dans les Alpes » puis la course à la maison, j’y crois toujours. Il ne faudra pas refaire les erreurs de la prépa Pastourelle, mais c’est bien là tout l’idée : apprendre de ses erreurs. Disons le clairement, j’ai bien un peu les miquettes d’enchaîner tout ça, mais c’est d’autant plus excitant !

8 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Salut,
    Tu prévois de faire quel 40k sur l’UT4M?
    J’y serai aussi, sur celui du samedi, sans autre objectif que de profiter de la balade et de tâter du « vrai trail de montagne » (entendre « pas l’Ecotrail »)

  2. un trail de 40 pour préparer un 67k 2 semaines après c’est beaucoup trop long…
    Sauf si tu marches. Mais c’est plus le même sport 😉
    A mon avis il faut choisir…

    • J’ai sûrement pas ni l’intention ni le niveau pour courir tout un 40 / 2500 D+. Je le prends comme une sortie touristico-sportive. Dans l’idée de finir, en profitant bien des paysages, et en voyant ça comme une expérimentation intéressante sur mes limites.

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.