[Test] Sac Oxsitis Hydragon Bottle

Un nouvel accessoire de traileur en test cette semaine sur PAP, avec le sac Hydragon Bottle. Ce sac de 10l prêté par la marque française Oxsitis allait-il rivaliser avec mon habituel sac Salomon ? Challenge difficile, mais accepté !

C’est quoi donc ?

Le sac Hydragon Bottle est un sac de trail permettant les deux types de portage d’eau : une poche dans le dos (optionnelle et non fournie avec le sac), et / ou des bouteilles sur les bretelles (deux bouteilles de 600ml sont fournies avec). C’est un sac de 10l avec toutes les fonctionnalités clés d’un sac destiné à des sorties de plusieurs heures : poches étanches et protégées sur les bretelles, porte dossard sur une sangle abdominale amovible, rangement multiples dans la poche arrière, avec couverture de survie inclus, porte bâtons, sifflet. Mais que dit le terrain ?

Jusqu’ici, je courrais essentiellement avec un des sacs vedettes du genre, le Salomon S-Lab Skin 3 12Set. J’ai donc commencé mes tests par des sorties de 2h, en alternant les sacs, puis en utilisant exclusivement le sac Oxsitis, pour finir sur un vrai test « long » (à mon niveau hein…), la Pastourelle 2015, mon GROS objectif du premier semestre. Examen de passage assez critique donc, je n’aime pas que le matériel vienne perturber mes courses ! Autant dire qu’il faut que j’ai bien confiance en mon matos pour le prendre sur une course. Tout ce qui n’est pas validé reste à la maison.

Sur le terrain

sac_hydragon_bottle_3d-2_2_2En pratique, le sac est léger, stable et confortable. Il est disponible en 3 tailles, donc on peut déjà choisir un format adapté à sa morphologie. Les velcros sur le bas des bretelles permettent d’ajuster plus précisément, mais je n’ai même pas eu à les toucher. La sangle abdominale porte dossard m’a plus gêné qu’autre chose au niveau du maintien, trop la serrer appuie à un endroit pas nécessairement agréable, et la stabilité est quasi inchangée. Je l’ai tout simplement enlevée, le sac étant très stable sans elle. Bien chargé sur les bretelles, et à vitesse un peu soutenue (12km/h), il est un peu moins stable que son concurrent, mais sans aucune gêne pour autant, on est loin des sacs qui balottent et qui nécessitent un gros serrage sur la poitrine. L’impression première que laisse le sac, c’est aussi la solidité. Le tissu RipStop est costaud, on ne se voit pas abîmer le sac à la première chute ou au premier accroc. Et il protège bien de la pluie, même si le sac n’est pas étanche. On peut protéger ses affaires fragiles facilement, que ce soit dans les bretelles avec les poches matelassées et étanches (j’y glisse souvent un petit appareil photo), ou à l’arrière dans la poche principale (pour mon téléphone par exemple).

Autre point fort du sac, sa capacité de chargement. Sur l’arrière, la poche permet déjà de mettre un joli petit bardas (voir la vidéo ci dessus). Mais c’est surtout avec les bretelles qu’on peut se faire plaisir : les poches à bouteilles permettent de charger facilement un litre d’eau ou plus (j’ai remplacé les bouteilles rigides par des flexibles pour plus de confort), et les deux poches zippés offrent un bel espace de rangement : on peut facilement glisser deux barres d’énergie et deux gels par poche, et pas les plus petits modèles. De quoi tenir un moment ! On peut également y mettre un téléphone jusqu’à 5 pouces, avec une bonne protection et l’étanchéité, c’est à noter. En pratique sur la Pastourelle, je partais avec deux grands gels + 1 barre d’énergie + une flasque sur une bretelle, mon appareil photo + une flasque sur la seconde bretelle, deux bâtons, une veste Softshell, un buff, des gants, des manchettes, mon téléphone, la couverture de survie, deux gros gels et une barre d’énergie dans la poche arrière.  Bref, je partais pas pour une semaine, mais presque !

Les autres fonctionnalités sont efficaces, le sifflet est inclus dans l’attache pectorale, donc impossible de le perdre. Les portes bâtons sont simples et efficaces, pas la peine d’enlever le sac pour les y glisser, ils sont à portée de main. Il suffit de quelques secondes pour les manipuler. Le look du sac est sympa, on le remarque sans verser pour autant dans les couleurs fluos criardes. Il reste léger vu sa solidité, et l’aération est plutôt bonne, il ne tient pas trop chaud. Si l’on devait faire des reproches au sac, on pourrait parler du haut du sac qui peut parfois frotter un peu sur le bas de la nuque (mais sans irritation ni grosse gêne), ou la nécessité de devoir enlever le sac pour profiter du volume arrière. Un ou deux filets sur le bas du sac ou les velcros pourrait être sympa pour glisser rapidement une paire de gant, un buff, etc… Mais le volume dispo sur les bretelles compense en partie ce manque.

Bilan

Au niveau du prix, on reste dans la fourchette moyenne/haute, puisque le sac coûte 140€ avec ses deux bidons (mais sans poche à eau). Le prix se justifie par le confort, la capacité de chargement et la solidité du sac. Les détails sont bien étudiés et pratiques, vous pouvez donc y aller avec confiance. Oxsitis n’en est pas à sa première génération de sac d’hydratation, et cela se vérifie avec ce sac. Il a été utilisé avec efficacité sur la course, sans jamais poser de problème et nécessiter d’ajustement. Bref, il fait très bien le taf sans se faire remarquer. Conseillé !

Oxsitis Hydragon Bottle

Oxsitis Hydragon Bottle
8.5

Performance et fonctionnalités

9/10

    Qualité de fabrication

    9/10

      Confort et ergonomie

      9/10

        Look

        8/10

          Rapport qualité/prix

          8/10

            Pros

            • Solide ! La bête est costaud et protège le contenu
            • Fonctionnalités complètes pour le trail
            • Bonne capacité dans les bretelles
            • Confortable et stable
            • Auvergnat (si si, c'est une qualité qu'on vous dit!)

            Cons

            • Manque un ou deux filets
            • Une version avec des flasques flexibles serait sympa

            Laisser un commentaire

            Les champs obligatoires sont marqués d'une *.