Entraînement estival (1/3)

Depuis le trail de Jerem, quoi de neuf ? De l’entretien en Juillet, du trail plus sérieux en Août, avec quelques erreurs de néo traileurs qui méritent un petit coup d’oeil !

Variations

Comme prévu avec le nouveau mode d’entraînement, on varie en Juillet.

  • reprise du fractionné, 8x400m, la VMA n’est plus ce qu’elle était, mais ça reste plus d’honorable, 1’30 » environ, un peu au dessus de 16km/h, avec une météo un peu lourde. Mais ça fait du bien de refaire de la piste surtout !
  • du VTT toujours, pour faire du cardio sans trop taper dans les tendons, pas vite, pas technique, de l’endurance cardio quoi
  • des sorties un peu cools sans trottiner non plus, en forêt ou à côté du bureau, terrain meuble, du trail d’entretien quoi, sans trop de dénivelé (faut dire sur c’est pas facile à trouver non plus! )
  • un retour aux 25 bosses avec Jaife et Elsa, de retour du marathon du Mont Blanc. Très cool de courir avec des habitués, finies les erreurs de guidage, et les jambes réagissent plutôt bien, donc on enlève 45 minutes à son temps précédent (3h15 sans se mettre dans la misère). Plus de sûreté dans les descentes, les articulations réagissent un peu mieux aussi.
  • un peu de bitume avec une sortie longue « Parisienne » : on part de la maison, et on va chez un pote qui habite derrière Montmartre. Quai de Seine, Bastille, le canal, gare de l’Est, gare du Nord, Barbès, et là on tombe sur la fin de la manif de soutien à la Palestine, de la fumée, l’avenue jonchée de débris, des policiers partout, bref, une scène de guerre ou peu s’en faut.  28°C au thermomètre, ce qui a valu une bonne transpiration !
  • puis à la fin du mois, on part en congés en Auvergne, où on attaque par un marathon…. photographique (10h – 5h30 du matin), qui laisse les jambes dans un état assez marqué. Donc repos avant de commencer les vraies sorties de trail
  • bilan, 11h30 d’entraînement, c’est équivalent à Juin, avec moins de km (70 km en course à pied à peine). Pas un gros mois, mais des sorties respectables, il manque un peu de vitesse surtout

Retour à la montagne

image

Finies les petites sorties peinardes le long de la rivière ou les parcours sur le bitume, comme l’année précédente. Cherchons un peu de D+. Et c’est sur OpenRunner qu’on farfouille, histoire de trouver une sortie d’une dizaine de km. Rien de fabuleux hélas, mais un petit parcours montant vers le Puy de la Tourte semble sympa. Je le modifie pour le boucler, ça paraît un peu plus long que prévu, mais soyons un peu ambitieux. Je pars donc bien motivé, avec une ceinture Salomon pour changer de mon sac à dos plus orienté longues sorties. Une barre de céréales, un demi litre d’eau, le téléphone pour trouver le chemin et c’est parti. Evidemment, ça ne se passe pas exactement comme prévu. Le guidage via smartphone est un peu fastidieux, le terrain plus difficile que prévu (gras, bien «travaillé» par les vaches), et on est bien content de trouver des petits ruisseaux pour refaire le plein d’eau. Mais c’est surtout au retour du sommet qu’on commence à s’agacer : le chemin choisi sur Google Map n’existe tout simplement pas. On se retrouve donc à flan de montagne, sur un terrain bien pénible même pour de la marche et on cherche à retrouver la piste via le smartphone. Un joli petit moment de galère qui n’est pas sans rappeler les précédentes sorties montagnardes.

Et lorsqu’on parvient à retrouver le chemin, c’est la Garmin qui s’amuse à se bloquer complètement, histoire de rajouter un peu d’agacement « technique ». J’étais déjà décidé à changer de crémerie, ce fut donc la touche finale pour mettre la Garmin dans le sac. On finit tout de même à allure plus soutenue au retour dans la vallée, et c’est avec un joli 16.8km en 3h (ouch ! mais 775m de D+) qu’on en termine. Correct comme première sortie non?

On enchaîne avec des sorties plus faciles :

  • un petit 10km (272D+
    ) qui donne un point de départ sympa pour une future idée de sortie longue. Il y a certes des enclos à ouvrir/fermer, mais c’est de la piste ou des paturages tout le long, pas de bitume. Intéressant. On teste à nouveau du matériel Salomon (à lire bientôt sur le blog), ça court nettement plus, les sensations sont correctes. 1h15
    sympathique donc.
  • on poursuit avec un autre repérage pour un départ potentiel, 8.8kmavec 220m D+, 54 minutes, et quelques petites pauses. C’est très roulant, mais un peu trop de bitume à mon goût. Histoire de rajouter un peu de D+, on file monter le Puy Mary l’après midi, avec le petit bout sur les épaules et un petit sac à dos. Les 11kg supplémentaires se font sentir, la montée est un peu rude. Ca fait 200m de D+ supplémentaires bien raides, c’est toujours bon à prendre (et j’avoue que j’aime bien doubler des gens qui soufflent et sans enfant sur les épaules) (prétentieux!).
  • On finit avec un footing le long de la rivière, 8km en 42′, surtout pour tester la remplaçante de la Garmin, son altesse Ambit 2 (oui la 3 arrive je sais, mais vu les améliorations, autant prendre une version 2 moins chère pour le moment !).

Au final rien de très violent, mais en deux semaines on frôle les 1500m de D+, avec à peine 4 sorties. Il faut dire aussi que le shooting du mariage a forcé à prendre du repos (c’est quand même du travail d’endurance aussi, pour preuve, j’avais des barres d’énergie Decathlon dans le sac pour tenir la journée ;-).

Dans le prochain épisode de votre série estivale favorite, des petits sommets, de la descente difficile, de la sueur, du sang, des larmes (bon ok j’en rajoute un peu). À ne surtout pas manquer !

2 commentaires » Ecrire un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.