Check up

Oui, comme avant toute course longue digne de ce nom, on vérifie l’état complet du matériel ! Pourquoi faire un check up ? C’est principalement pour prévoir un peu à l’avance les possibles faiblesses. Ça aide à mieux les encaisser dans la tête, et autant les faire en étant encore un peu lucide.

Le matos

IMG_20140509_124443

Bâton, chaussettes, runnings

Sac : Salomon, testé et approuvé sur chaque sortie. Le système 4D pour fixer les bâtons est bien prise de tête, mais comme on ne prend pas la poche à eau, on peut les glisser dans l’arrière du sac. On prend donc juste les deux flasques, les ravitaillements sont assez nombreux. Deux trois bricoles de plus dans le sac (veste, une barre de « secours », téléphone, sticks), on va voyager léger !

Chaussures : c’est une des interrogations de la course. On part en Skechers Go Bionic Trail. C’est léger. Trop léger ? Le manque de protection sous le pied est une petite source d’inquiétude. Mais trop tard pour changer de modèle. Et les sensations avec sont ultra agréables. Advienne que pourra !

Chaussettes : les We Perf de compression n’ont jamais posé de problème, et aucune douleur aux mollets, ni pendant, ni après. Rien. Pas une petite courbature. Je sais pas si c’est les chaussettes, mais rien que pour l’aspect psychologique, on garde !

Première couche : On verra sur place, mais ça sent le bête cuissard Kalenji, et un haut manches longues, type Craft ou Ashmei, un peu chaud mais pas trop.

Veste : on espère ne pas avoir à s’en servir, mais une veste imperméable Pearl Izumi attendra sagement de braver les éléments depuis le sac à dos.

Accessoires : un buff pour la tête, des petits gants dans le sac au cas où.

Bâtons : mes Black Diamonds sont mes nouveaux meilleurs amis. Facile à plier et ranger dans le sac, hyper léger, flexible, c’est une aide physique et mentale tout à fait appréciable.

Montre : la 620 ne pouvant pas nécessairement durer toute la course, on a emprunté à Geek & Run une Garmin 910. Réglages ultra simplifiés : chrono, distance, dernier circuit (qu’on fera à la main entre les barrières horaires ?), D+. Et voilà. Pas de ceinture cardio, pas de données superflues. Un écran.

Ravito : il y a 8 points de ravitaillement. Inutile de partir chargé. On part avec 500ml de Nutraperf, et on garde des sticks dans le sac. On recharge aux ravitos, en alternant principalement de l’énergétique (Nutraperf) avec de la récup (Nutrarécup). Testé et approuvé à chaque sortie longue.  On complétera avec truffade, charcuterie et autres mets locaux (en quantité raisonnable bien évidemment).

 

La bête

L’animal est dans un état très satisfaisant

Tête : rasé ou presque. C’est une tradition. On coupe avant une course. Pour être plus léger. (ouais dans le fond, j’ai entendu, non je m’épilerai pas).

Barbe : on garde, un trail, faut être un mec des montagnes, pas une midinette rasé au plus près. Un peu bourru, ça le fait.

Et puis finalement non !

Et puis finalement non !

Haut du corps : les épaules ont découvert les joies des bâtons, mais tout devrait être au top pour le jour J. Ne parlons pas du dos et des abdos, également en pleine forme. Une machine de guerre.

Bas du dos / fesses : Oui, le grand sujet de ces dernières semaines. Comment va mon cul ? Très bien merci. Tout va bien, aucune douleur, du béton armé !

Jambes : Mise à part deux trois petites douleurs aux tendons rotuliens sur les descentes un peu techniques, il faut humblement reconnaître que les jambes sont limite impressionnantes. A part une petite sensation de lourdeur lors de la sortie un peu chaude de Dimanche, rien de rien. Pas de courbatures, pas de douleurs inquiétantes, musculairement, tout va bien. Je suis hyper lent, mais j’ai pas mal.

Pieds : le seul point d’interrogation reste la douleur sur le dessus / côté gauche du pied droit. Récurrente depuis la sortie écossaise, elle survient surtout en descente et sur des appuis plus « talon ». Il « suffit » donc de bien gérer sa foulée et rester en médio. Pendant 53 bornes. On va bien voir si les mollets sont costauds ! Et tant qu’on est chaud, ça se gère. On passera sur les petites tensions sur les tendons d’Achille, on y serait presque habitué !

 

Bilan

Bon pour le service ! Ça va chier ! Amenez moi le D+, les cailloux, les singles, la pluie, la truffade, les Salers enragés, la neige, le Puy Mary !

4 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Départ quel jour et à quelle heure ? y’a un tapis au moins au départ pour avoir ton temps réel, pas juste le temps officiel ? les kilomètres sont marqués ? (les 500m aussi ??) y’a des tapis pour prendre tes temps intermédiaires ?

    (t’as oublié le ticket de métro pour pouvoir rentrer chez toi si jamais t’as un coup de mou et que tu ne veux pas attendre la voiture balai…)

    Bonne course ! 🙂

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.