[Test] Confort d’utilisation |Garmin 620 #4

Maintenant que nous avons vu les gros changements de fonctionnalités sur la Garmin 620, il ne faut pas oublier tous les petits changements. Voici un rapide passage en revue de ces différences par rapport aux montres précédentes, ils ne vous changeront pas tous la vie, mais globalement c’est autant de confort supplémentaire pour se concentrer plus sur ce qui compte : courir !

MAJ 11/03/2014 : ajout d’un paragraphe sur la ceinture
MAJ 13/03/2014 : ajout d’un paragraphe sur LiveConnect

Écran couleur

C’est à la mode, mais c’est hélas plus joli sur les photos de promotion qu’en réalité. Qu’apporte pratiquement la couleur ? Pas grand chose. L’écran est toujours lisible, mais les couleurs sont trop fades pour permettre de les distinguer facilement si la luminosité est importante. C’était pourtant une façon pratique de donner une information : rouge, pas bien, vert, bien. Mais il est souvent difficile de voir les nuances dans les couleurs en extérieur. A l’intérieur c’est un peu plus plaisant, mais l’utilité de cet apport paraît bien faible ! Oubliez donc les photos de promotion de la montre, on est à la limite de la publicité mensongère… D’autres écrans couleurs sont plus colorés (comme celui de la Motorola), mais moins lisible… Il n’y a actuellement aucune technologie parfaite.

Verdict : neutre

Écran tactile, menus

On reste sur du résistif, c’est compréhensible pour éviter des actions non voulues (le capacitif de nos smartphone étant hyper sensible). La montre est globalement beaucoup plus réactive, il y a moins de latence. Les menus ont été réorganisés et sont un peu plus clairs que sur les montres précédentes. A ce niveau, c’est tout à fait agréable ! Il reste quelques choix d’organisation un peu bizarre, mais ça paraît tout de même bien plus logique.

Verdict : ++

Connectivité

Wifi

C’est un des atouts « pratiques » de la montre. Ça ne fait pas courir plus vite, mais transférer les sorties directement via Wifi sans avoir à allumer l’ordinateur, c’est hyper plaisant ! On peut même transférer via son smartphone (iPhone en bluetooth, Android en wifi). A nouveau, Garmin n’innove pas franchement ici, Motorola avait déjà fait la même chose. Toujours est-il que c’est confortable et facile, l’envoi est automatique, vous sortez de la douche et hop, tout est dispo en ligne et sur votre smartphone.

LiveConnect

Le suivi en temps réel via smartphone est une idée sympa. On pouvait déjà utiliser un logiciel sur mobile pour ça (il faut transporter le mobile sur soi de toute façon pour cette fonction..). Ici on peut envoyer plus d’infos comme le rythme cardiaque et la cadence. Le public visé restera donc faible, peu de vos amis sauront qu’à 175 pulsations à ce moment là de la course, vous êtes dans la merde. Moi je le saurai. Allez, achetez une 620 pour moi ! Je compatirai en direct à votre souffrance. Mais sinon l’utilisation est simple : vous créez une session « LiveConnect » sur l’appli smartphone après avoir relié la montre, vous invitez les gens par email, et vous lancez la sortie. Le lien leur permet de suivre votre course sur une carte, via un navigateur web, sans rien installer. C’est sobre et efficace. Pas de possibilité d’interaction par contre !

Il faudra surveiller l’utilisation de la batterie par contre, mais ça n’a pas l’air ultra intensif. Et votre sortie sera automatiquement envoyée sur Garmin Connect via le smartphone dans la foulée. Ça ne fait pas courir plus vite, mais avouons que c’est bien sympa !

Verdict: +

Look et encombrement

La 305 était moche. La 405 était présentable. La 610 faisait solide et presque jolie. La 620 a une gueule sympa. Elle est plus petite, elle s’adaptera facilement aux petits poignets (ça ne « déborde » pas sur le bas pour intégrer l’antenne). Son poids a également été revu à la baisse, on ne la sent presque plus ! L’impression de solidité de la 610 n’est plus vraiment là, elle fait quand même un peu plastique. On demande donc à voir la fragilité de l’ensemble… Mais autrement c’est un produit bien fini, les boutons sont faciles à utiliser, ça ne paraît pas devoir tomber en ruine au bout de quelques mois.

Verdict : +

Compatibilité

Les utilisateurs de Linux seront aux anges ! On peut utiliser la 620 facilement sur son PC, la montre apparaît comme une clé USB, les sorties au format .fit sont donc accessibles. Et le plugin Garmin Connector fonctionne pour transférer des fractionnés. Il faut certes Windows pour installer Garmin Fit Express et régler les réseaux wifi, mais autrement, il est plus facile de l’utiliser sur tous les OS.

Verdict : ++

Finition logiciel

Les premiers firmware laissaient parfois un peu à désirer : la traduction en français n’était pas fini, il manque quelques petites fonctions sympa (pas de « bip » indiquant qu’on est bien dans une plage de vitesse cible sur un fractionné), la MAJ du firmware via wifi faisait perdre le français… Bref, pour une montre à ce prix, ça ne faisait pas bien riche. Surtout que la plateforme Garmin Connect est à la traîne par rapport à la concurrence. Heureusement, les MAJs de firmware (3 jusqu’à présent) ont corrigé des défauts, et le site web va être MAJ au premier trimestre 2014. Allez Garmin, un petit effort !

Verdict : – (mais en amélioration)

GPS

L’une des grosses améliorations de la montre est la rapidité à attraper le signal GPS. La différence avec les autres montres est flagrante. Qui n’a jamais été frustré de devoir se tenir immobile dans le froid en attendant d’être localisé ? Ici il suffit le plus souvent de quelques secondes. Ce n’est pas nécessairement une performance exceptionnelle : feu la MotoActv de Motorola (à nouveau… quel dommage que la série ait été arrêtée !) était déjà aussi rapide deux ans auparavant, et des montres telles que celle de TomTom jouent également dans la même ligue. Mais cela reste une amélioration tout à fait appréciable. Après, le signal est-il plus fiable? Peut-on se passer du footpod pour faire des fractionnés courts plus précis ? Hélas non. La précision du GPS ne semble pas vraiment meilleur, il y a toujours un peu de perte et la montre fait parfois un caca nerveux quand elle n’a vraiment pas envie de travailler :

GPS Garmin 620

C’est très rare, mais ça arrive ! L’allure instantanée est moins stable que sur les générations de montre précédentes. Si vous en avez besoin pour vous cadrer dans vos fracs, attention. En ayant l’habitude de la 610, ma première réaction en entendant les bips d’alerte pendant un fractionné était de dire « n’importe quoi, je suis dans les clous ! ». Les débuts de répétitions sont à ce titre vraiment trop loin de la réalité, même si ça s’améliore en moyennant sur la durée bien sûr. Mais c’est bien sûr assez décevant pour une montre récente.

La montre propose toujours 2 modes : le mode « intelligent » qui enregistre des points quand cela lui semble nécessaire, et un mode toutes les secondes. Si vous travaillez sur piste ou avec des changements de direction fréquent, le second mode est tout indiqué ! Mais il ne fera pas de miracle. On est donc en deçà des cadors du GPS, comme Suunto ou Polar, qui ont des modèles aussi rapides à avoir une position, et ensuite plus fiable sur les allures.

Verdict : –

Ceinture HRM Run

La nouvelle ceinture apporte plusieurs nouveautés : il y a maintenant 3 points à humidifier au lieu de 2, et elle mesure les fameux « Running Dynamics », càd à la cadence, les oscillations verticales et le temps de contact avec le sol, grâce à son accéléromètre. La fiabilité est bien sûr le point le plus important : la ceinture « souple » de la 610 montre des problèmes de fiabilité. Pour le moment, après l’avoir portée sur TOUTES les sorties (ou presque), sur des durées et des conditions variables, aucune donnée vraiment fantaisiste, pas de « décrochage » comme sur la ceinture de ma 610. Et le confort est toujours là bien sûr, c’est tout de même bien mieux que la ceinture plastique de la 405. Reste le prix, à acheter en solo c’est 100€, un rapport qualité/fonctions/prix très discutable tout de même ! Il vaut mieux l’acheter avec la montre.

Verdict : + (avec un bémol sur le prix seule !)

Le test complet

#1 Merci Terminator
#2 Somewhere over the rainbow
#3 VO2Max: un indicateur de forme ?
#4 Comfort d’utilisation
#5 Bilan

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.