[Test] VO2Max : un indicateur de forme ? | Garmin 620 #3

Dans cet article, on s’intéresse à un nouvel indicateur qui paraissait fumeux, autant être honnête. Finalement, il pourrait être plus utile que prévu !

VO2Max

La 620 offre maintenant une estimation de la VO2Max, qui est un peu l’équivalent de la VMA pour quasiment tout le reste de la planète. Alors que nous estimons notre vitesse maximale anaérobie, la VO2 estime la quantité d’oxygène consommée par kg et par min à cette vitesse. Une autre façon de parler de la même chose. La VMA est un peu plus facile à mesurer, la VO2max nécessitant d’appareiller le sujet pour mesurer le débit d’air entrant dans le système respiratoire…

Mais nous sommes sauvés, la 620 va le faire pour nous ! Pour être tout à fait honnête, cette fonction paraît à première vue être un gadget : ça ne sera jamais qu’une estimation, basée sur les vitesses tenues, le cardio, l’âge et la corpulence de la personne. Donc bof ?

Un gadget ?

Courbe de la VO2Max

Courbe de la VO2Max

En pratique, c’est plus intéressant. La valeur absolue de la VO2Max est finalement moins intéressante que d’avoir son évolution. Car c’est finalement un indicateur de forme qu’on a là ! Faire une sortie très lente ne veut pas dire que la 620 va donner une consommation d’oxygène faible. Elle ne calcule pas la consommation d’oxygène maxi ou moyenne de la sortie, mais estime grâce aux données de la sortie votre VO2max théorique. Donc chaque sortie donnera une VO2Max, et si la fatigue est là, la valeur baisse. Les tests sur un mois complet ont permis de bien mettre cet avantage en avant : la montre met une à deux semaines à affiner l’estimation visiblement (ou bien gère mal le dénivelé, voir paragraphe suivant…), puis suite au coup de fatigue de fin Janvier, on voit la VO2max baisser. Il y avait pourtant des séances dures à ce moment, mais mal passées. Les conséquences sont immédiates sur la VO2Max, elle baisse. Puis avec plus de repos, elle remonte.

On tient donc là un indicateur global de forme, ce qu’aucune montre Garmin ne possédait avant. Une moyenne cardio ne donne pas directement une idée de la « forme » du moment. Une vitesse non plus (dépend de la fatigue, du dénivelé…). Le training effect indique plutôt la dureté de la séance. Donc cet indicateur est finalement assez intéressant. Allez, on garde !

Plat plat plat ?

Une interrogation subsiste. La 620 n’a pas d’altimètre, et ne peut donc pas estimer le dénivelé. Va-t-elle alors pénaliser la VO2max sur une sortie à fort dénivelé puisqu’elle ne sait pas que le coureur doit gérer une difficulté supplémentaire ? Mes premières estimations de VO2Max ont été faite alors que j’étais en Auvergne, donc pas toujours sur le plat… Est-ce la raison de l’estimation assez basse de la VO2Max ? En attendant une réponse de Garmin à ce sujet, on prendra donc cette estimation avec des pincettes si vous ne courrez pas trop sur du terrain plat. La 620 n’est pas une montre de traileur, ça on le savait déjà. Mais on peut être avaleur de bitume sans que la route soit nécessairement plate… Donc attention de n’utiliser cet indicateur que dans des conditions assez « classiques » de coureur de route.

Estimation de performance

La VO2Max permet aussi à la montre de calculer des estimations de performances en course. Une fonction qui là aussi paraissait assez discutable. La VMA permet aussi d’estimer des perfs, mais l’indice d’endurance est aussi important ! La Garmin le prend-t-elle en compte ? A priori non. Dans mon cas personnel, les estimations sont les suivantes :

10km : 39’48 » (record actuel : 40’30 », estimation plutôt correcte)
Semi : 1h28’04 » (record actuel : 1h32 / 1h33 en extrapolant le temps sur 20km. Donc estimation ambitieuse !)
Marathon : 3h03’41 » (record actuel: 3h26’55, donc estimation plus qu’ambitieuse ! Il faudrait une endurance de très très très bon niveau pour faire ce temps. Soyons clair : aucune chance, je ne l’ai pas)

Donc autant l’évolution du chiffre de VO2max me semble sympa, autant sa valeur et les estimations de temps de course semblent beaucoup moins fiables. Un autre indicateur à utiliser avec un minimum de bon sens donc, comme souvent !

Le test complet

#1 Merci Terminator
#2 Somewhere over the rainbow
#3 VO2Max: un indicateur de forme ?
#4 Comfort d’utilisation
#5 Bilan

17 commentaires

  1. Tu sais quoi ? Faut que t’ailles au bout de ton test !
    Donc :
    1- Tu t’inscris à un marathon ce printemps
    2- Tu te prépares correctement
    3- Tu prends le départ
    4- Tu passes en 1h32 au semi
    5- Tu vois ce qui se passe ensuite…
    6- Tu fais ton compte-rendu de test ici
    OK ?

    1. Non, pas directement ! La monte n’a aucune carte embarquée. C’est lorsqu’on envoie sur Garmin Connect qu’un rapprochement est fait en fonction de la position. La montre ne donne jamais de D+/D- après une sortie ! Seul le site peut le faire. Et comme la VO2Max est calculée sur la montre… C’est sans l’altitude a priori ! Sauf si l’accéléromètre calcule le D+/D-… Mais j’y crois pas trop.

  2. Ok je comprends mieux pourquoi j’utilise du data pendant mes entraînements, mon appli déduit l’altitude de google maps en temps réel. En tout cas, j’aime beaucoup ta façon d’aller au bout et aux limites de ton appareil (je suis un peu geek sur les bords, faut dire). Je ne pensais pas qu’une montre GPS pourrait être aussi complète.
    Quand on voit ça, on se demande comment faisaient les coureurs avant l’ère de l’informatique !

    1. Oh, ils faisaient très bien 🙂 Ca ne fait que confirmer les sensations le plus souvent. Je les regarde peu pendant les sorties, le plus utile reste les temps au km, et un simple chrono le permet aussi ! Le cardio est la plus grosse évolution je trouve. Le reste permet de s’amuser après les sorties, mais en fait-on vraiment quelque chose de très utile ?

      1. Je me doute qu’ils faisaient bien !! Ils devaient calculer la longueur du parcours avec une carte IGN, et pour l’entraînement, ils se dépouillaient comme on dit !! Maintenant, tout se fait tout seul.
        Je disais ça parce que je suis persuadé que les objets connectés liés au running sont pour beaucoup dans le plus grand nombre d’adeptes d’aujourd’hui.

      2. Breizhammer, ta dernière remarque m’interpelle ! Je ne m’attendais pas à ça. Je nourrissais plutôt le secret espoir, que les gens en courant retrouvaient un sens plus concret de la vie, dans l’effort, au contact de la nature (ville inclus biensur), dans ce qu’ils sont face à la difficulté (en mode compet ou pas).
        J’ai commencé sur équipé à scruter tous les indicateurs métaphysicobiolobolognaise, par déformation professionnelle, pour m’en détacher presque que complètement aujourd’hui. Et c’est ce détachement qui, entre autre, me motive.
        Mais ceci étant dit, tu dois avoir raison. Il y a forcément des gens motivés par le lien technique. Bien vu !

  3. Très intéressant ton article. C’est vrai que pour le moment, pour ceux qui aiment mesurer (j’en fait partie) il n’y a que deux écoles de course à pied : ceux qui courent à la fréq cardiaque et ceux qui courent à l’allure. La VO2 max n’est pas exploitable sur le terrain. Hormis en recoupant tout ce que tu as décrit et que fait ta montre. Si ça te branche je me renseigne auprès d’Eric la grimauve pour avoir plus d’info sur le sujet. Je te tiens au courant.

  4. Hello Pap,
    Renseignement pris, la VO2 max de la montre , et tu l’as dit dès le début, n’est qu’une estimation. C’est pas une mesure. En fait ta montre te dit que c’est une VO2 alors que c’est une VMA. Pour avoir la VO2 max, il faut un appareillage de laboratoire et t’emmener à ta VMA. A mon avis, c’est du marketing.
    L’état de fatigue que tu décris se verra si tu corrèles ta fréq cardiaque à la vitesse à laquelle tu cours. Pour l’exemple si tu es à 140 bpm à 12km/h en bonne forme, tu seras à 150 bpm à même allure fatigué.
    Pour tes chronos tu es en ligne sur une base de VMA de 16,5 :
    10 : 40’24 »-42’47 »
    Semi : 1h30’16 »- 1h35’55 »
    Marathon : 3h11’48 »-3h24’35 »
    Tu semble plus eficace sur 10 que sur marathon. Peut être que tes footings et tes SL ne sont pas assez rapides ?

    1. VMA / VO2Max, ce n’est après tout que la même chose, avec des unités différentes 🙂 Certes, c’est marketing, c’est estimée, mais comme tu dis, en corrélant le rythme cardiaque et la vitesse, on voit si on est crevé ou si on est bien. Ca donne une info je trouve, c’est pas que du marketing. Après, la valeur même, je m’en fous, je regarde juste son évolution.

      Mes chronos sont à des dates un peu éloignées : quand j’ai fait 3h27 au marathon, je faisais le 10k en 42’47 ». Je pense valoir moins sur marathon maintenant, bien préparé. Et je fais mes footings plutôt trop vites que trop lentement, l’EF à 70% de fréquence cardiaque, j’ai trop trop du mal : ) On verra bien sur mon prochaine semi ou marathon si je tiens bien. Mais c’est pas pour de suite !

  5. Hello François,
    La Suunto aussi estime la VO2Max et franchement je trouve pas ça top.
    Pour moi le seul bon indicateur de forme, c’est la FC au réveil. Ca ne pardonne pas !

    1. J’ai repensé à ton idée. C’est un très bon indicateur de forme. Mais prenons le cas où tu es blessé. Tu te reposes pendant plusieurs semaines. Tu auras une FC au réveil assez basse, je ne pense pas que ça monte. Pourtant, tu auras un peu perdu, et ça ne se verra pas sur la FC. Bon je sais, je pinaille ! L’indicateur le plus pertinent reste la FC, je suis d’accord. mais je trouve cette estimation sympathique. Je fais une sortie tranquille ce soir après 6 semaines quasiment sans courir, on va bien voir 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *