[Test] Somewhere over the rainbow | Garmin 620 #2

Cette semaine, soyons bien geek, on s’attaque à une des grosses nouveautés de la Garmin 620, une des fonctions qui fait kiffer le geek, qui lui donne de nouveaux chiffres à analyser pendant toute la soirée après une bonne sortie : les « Running Dynamics »

Sous ce nom ronflant se cachent une mesure déjà connue des possesseurs de footpod (la cadence des foulées), et deux nouveautés totalement geekesques : l’amplitude des oscillations verticales (combien votre buste va monter et descendre) et le temps de contact du pied avec le sol. Kékonva bien pouvoir faire de tout ça ? C’est sûrement ce que la majeure partie des coureurs ont dû se dire en voyant arriver cette nouveauté. Beaucoup ne l’activeront pas, ou ne regarderont que d’un oeil distrait ces nouvelles courbes colorées. Mais comme on aime gratter sur PAP, c’est avec une joie non feinte que ces nouvelles statistiques ont été accueillies.

Les codes couleur

Ces chiffres sont une vraie nouveauté. Aucune autre montre ne les donne (sauf la cadence bien sûr). Donc qu’est-ce qu’une bonne valeur ? Et une mauvaise ? Difficile à estimer ! Garmin a senti le truc et l’a emballé avec des codes couleurs et des tableaux montrant ce que des coureurs de différents niveaux font en moyenne. Ça permet de se situer un minimum au milieu de ces chiffres trop nouveaux pour être utilisable immédiatement.

L’idée n’est pas mauvaise. Voici le tableau des valeurs moyennes :

Couleur Percentile Cadence Oscillations Contact
Purple > 95 > 185 spm < 6.7 cm < 208 ms
Blue 70–95 174–185 spm 6.7–8.3 cm 208-240 ms
Green 30-69 163-173 spm 8.4-10.0 cm 241-272 ms
Orange 5-29 151-162 spm 10.1-11.8 cm 273-305 ms
Red < 5 < 151 spm > 11.8 cm > 305 ms

Donc en gros, si vous êtes en rouge, vous débutez ou vous êtes lent. Vous oscillez beaucoup verticalement, vos pieds restent collés au sol, et votre cadence est leeeeente. Une limace.

Orange, ça commence à être correct, vous oscillez moins, les jambes battent plus vite. Vert, c’est la majorité des coureurs, bleu, le niveau commence à être sympa, et violet, alors là vous êtes dans l’élite ou presque (5% des coureurs). Garmin met cependant en garde : il y a d’autres paramètres influençant tout ça. Si vous mesurez 1m95, votre oscillation verticale sera plus importante que celle d’un coureur d’1m60 par exemple.

Je suis vert ! Ou bleu… Ah tiens orange aussi parfois

Où me situe-je ?

  • en cadence, je suis plutôt bleu (tirant vers le vert)
  • en oscillation verticale, je suis vert (tirant vers le orange)
  • en temps de contact avec le sol, je suis vert, (tirant vers le bleu)

Bref, ça manque un peu de cohérence ! Ça varie bien sûr en fonction du type de sortie (footing / rapide), du terrain, des chaussures, de la durée de la séance. Faut-il que j’améliore mes oscillations verticales et réduise mon temps de contact avec le sol pour autant? Je ne pense pas.

Je ne m’inquiète pas du tout d' »osciller » verticalement. Ma foulée médio pied me fait courir jambe toujours fléchie, et je l’utilise comme système d’amorti naturel. Lorsque je courrais en talonnant, je montais et descendais moins. Était-ce mieux pour autant ? Non, mon genou droit n’était pas hyper content de cette foulée. Donc je ne trouve pas du tout incohérent d’avoir des couleurs différentes. Maintenant est-ce que le coureur lambda s’intéresse autant à sa foulée (clairement non, tout le monde n’est pas aussi nombriliste et pseudo scientifique que moi…) ? Saura-t-il alors faire la part des choses dans ces courbes et couleurs ? Bonne question… Soyez prudent en les lisant ! Ce sont des informations, bien utilisées, elles peuvent avoir un intérêt, mal utilisées, et votre entraînement en pâtira.

Qu’en faire ?

Bon, soyons clair, pratiquement, rien. On peut l’afficher sur la montre bien sûr, mais jusqu’ici, je ne l’ai quasiment jamais regardé. Et je ne rentre pas chez moi pour voir les courbes de ma sortie et me dire « bon, la prochaine fois, tu augmentes la cadence, et tu décolles les pieds du sol plus vite ». Je n’ai pas encore vraiment réussi à identifier une « mauvaise » courbe, qui indiquerait un état de fatigue ou un problème. L’intérêt principal est plutôt de permettre au coureur curieux de surveiller l’évolution de ces courbes sur la durée ou sur une séance, surtout s’il s’intéresse à sa foulée.

En pratique, ça ressemble à ça (avec des couleurs plus fades, voir article #4)

En pratique, ça ressemble à ça (avec des couleurs plus fades, voir article #4)

Exemple : mise en évidence de la montée en température

Je dis souvent à d’autres coureurs « je suis un diesel, il me faut minimum 20 minutes, souvent plus, avant de commencer à vraiment ‘sentir’ ma foulée et ce que je fais ». En pratique, les courbes sont souvent comme ça :

Oscillation verticales

Capture du 2014-02-04 21:57:12

Capture du 2014-02-04 21:56:23

Capture du 2014-02-04 21:55:22

On voit que peu importe le terrain ou la vitesse, la tendance est la même : je démarre souvent en oscillant pas mal, puis progressivement, les oscillations diminuent, avant de trouver leur « rythme de croisière ».

Cadence

Capture du 2014-02-04 22:01:36

Capture du 2014-02-04 22:00:16

Même comportement pour la cadence, je démarre un peu plus doucement, puis ça monte lentement pour se stabiliser

Temps de contact

Capture du 2014-02-04 22:01:54
Capture du 2014-02-04 22:00:32

Sans surprise, le temps de contact avec le sol suit la tendance : une lente baisse au fur et à mesure que les jambes montent en température et la foulée s’accélère lentement.

Exemple 2 : influence de la fatigue

Autre curiosité, la foulée se dégrade-t-elle beaucoup avec la fatigue ? Peu de données à exploiter pour le moment, mais on peut tout de même regarder une SL de 20km et un 10km en compétition :

10km à bloc

Capture du 2014-02-04 22:09:42

Pas vraiment d’impact évident de la fatigue sur les derniers kilomètres, la tendance semble plutôt claire, la foulée ne se dégrade pas vraiment.

20km

Capture du 2014-02-04 22:10:04

La sortie de 20km ne s’est pas faite à allure constante : 10km plus rapide au début, 8km plus lent ensuite, et enfin environ 2km beaucoup plus rapide pour finir. Il est intéressant de voir que le ralentissement du rythme n’influence pas vraiment ces indicateurs : les oscillations continuent de baisser, le temps de contact avec le sol semble également légèrement baisser, et la cadence fait l’inverse. Il faudra sûrement des sorties plus longues et éprouvantes pour mesurer un impact significatif sur la foulée ! En l’état, on dira que jusqu’à 20km, je reste « compact », pas d’effondrement de mon mouvement (quel athlète) (clap clap clap) (merci).

Bilan

Il fallait s’y attendre, à moins d’être passionné par sa foulée et par les graphiques et stats en tout genre, cette fonction ne vous aidera pas trop à courir plus vite ! Surtout que ces données sont relativement nouvelles, il est quasiment impossible de trouver des articles grand public s’y référant, sauf bien sûr la cadence qui est souvent évoquée lorsqu’on parle du type de foulée. A réserver à un public averti donc !

Heureusement, la 620 a plus à offrir (et hop, teasing pour l’article suivant…).

Le test complet

#1 Merci Terminator
#2 Somewhere over the rainbow
#3 VO2Max: un indicateur de forme ?
#4 Comfort d’utilisation
#5 Bilan

20 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Rétrolien : Merci, Terminator | test Garmin 620 #1 | Pasaprespas

  2. Je suis impressionné par tant de technique accessible au grand public!
    Pas qu’on puisse révolutionner notre entrainement avec ça c’est clair, mais c’est tout de même intéressant quand on est geek de pouvoir suivre une quelconque évolution à ce niveau!

    • C’est bête que je ne l’ai pas eu au moment de mon changement de foulée, ça aurait été intéressant. Il faudrait que je fasse des kms en talonnant un peu pour comparer tiens.

  3. Sympa tout ça&nbsp! Heureusement que j’ai pas de 620, je passerais dix fois plus de temps à exploiter les données qu’à courir !
    Les quelques valeurs « anormales » que l’on voit vers 28′, 50′ ou 1h13′ sur le 20 km ou vers 4′ sur le 10 km, ce sont des moments où tu as levé le pied (ou t’es arrêté) ?
    À la fin du 20 km on voit que ta cadence est bien au niveau du sacro-saint 180 pas par minute que l’on associe souvent à la foulée médio-pied optimale, ce serait très intéressant de comparer avec une foulée plus portée sur le talon pour voir s’il y a une vraie différence.

  4. Bonne question pour les anomalies ! Je ne me souviens pas. Ca peut être un saut pour passer un obstacle, un arrêt pour laisser passer quelqu’un, un demi tour… Sur le 10km, c’est une erreur du capteur je pense, je ne me souviens pas avoir piétiné ou quoi que ce soit.

    Le 180 pas / minute, je ne le tiens qu’à vitesse très élevée. En foulée normale, je n’y suis pas. Ca me force d’y monter, le rythme cardiaque monte, donc je pense que je suis bien vers 175 ou un peu plus. Je vais essayer de faire des passages en talonnant pour comparer, même si ça risque de me faire un peu bizarre 😉

  5. Merci PAP pour ce test ! J’attendais vraiment de voir ce que donné ce type d’info ! Tu confirmes un de mes pressentiments : Garmin sort ici un gadget inutile au commun de coureurs !
    Je trouve ça dommage que Garmin ne soit pas (pour l’instant) aller plus loin que juste donner des infos : il manque la vrai fonction « coach », celle qui permet de t’améliorer, d’analyser les points faibles… (bon ok c’est surement impossible à intégrer dans un logiciel mais quand même il faut rendre ces données utiles !)

  6. Rétrolien : VO2Max : un indicateur de forme ? | test Garmin 620 #3 | Pasaprespas

  7. Rétrolien : Comfort d’utilisation | test Garmin 620 #4 | Pasaprespas

  8. Rétrolien : Bilan | test Garmin 620 #5 | Pasaprespas

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.