[Test] Merci, Terminator | Garmin 620 #1

Première partie du test terrain de la Garmin 620, avec cette semaine, une analyse complètement imprévue des fonctions de « training effect » et surtout de récupération.

TE et temps de récup

Le training effect, les utilisateurs de Garmin 610 et montres Suunto connaissent. C’est une estimation de « l’impact » d’un entraînement, en se basant sur l’effort cardiaque, seule mesure permettant de vraiment connaître l’intensité d’un effort. Ce chiffre entre 0 et 5 indique si l’entraînement a permis de juste entretenir la forme (petite valeur), s’il fait progresser (valeur moyenne), voire même très bien progresser (grosse valeur) ou s’il y a potentielle surcharge d’entraînement (valeur maximale).

La vraie nouveauté de la 620 par rapport aux autres montres Garmin à ce niveau c’est l’estimation du temps de récupération et la vérification. Après chaque entraînement (avec le cardio bien sûr !), la 620 vous indique le temps de récupération conseillé, en heures. Et un code couleur autour de cette valeur vous indique si vous pouvez reprendre avant le retour à 0 (mais en léger footing) ou s’il faut attendre. La montre vérifie également sur les 10 premières minutes d’entraînement si la récup a été suffisante. Bon évidemment, si ce n’est pas le cas, elle ne pique pas vos runnings ni se met en grève, ce n’est qu’un conseil affiché sur l’écran.

En pratique, qu’est ce que cela donne ? Les valeurs correspondent aux sensations ou bien y a-t-il une valeur ajoutée ?

Sur le terrain fin décembre lors de vacances assez stressantes, les résultats se sont montrés intéressants. Première sortie avec un peu de D+ et de la neige, assez difficile, TE de 4.7 (cad « oula, fais gaffe, t’en fais presque trop ») et une récup à 58h, j’approuve le TE mais la récup paraît longue.

J’enchaîne 48 heures plus tard, récupération validée (la montre bippe au bout de 10 minutes et affiche si  la récup est bonne ou pas). A ce niveau j’ai du mal à voir comment les 10 premières minutes seules peuvent suffire, je pourrais être en footing d’échauffement avant un gros fractionné. Mais j’imagine que la montre fait une corrélation entre la vitesse et le rythme cardiaque pour voir si cela reste dans les normes. Toujours est-il que la montre valide, et je poursuis une simple séance d’EF un peu rapide. La cardio est un peu haut malgré l’allure raisonnable. TE à nouveau à 4.7, récupération à nouveau assez haute au dessus de 50 heures. Les sensations ne semblaient pas vraiment dire que la sortie était très dure pourtant.

Trois jours après (oui cette fois j’ai écouté la montre), après une matinée assez stressante et un manque de sommeil, je sors faire un footing pour me détendre. La montre valide la récup, et je poursuis à allure trop rapide pour un footing (5’01″/km) mais en suivant mes sensations, sans regarder tous les chiffres de la montre. Au retour à la maison, les chiffres tombent, sans prendre de pincettes :

8km, 40’30 »
TE : 5
Récup : 70h

Il faut dire que le cardio était vraiment haut, mais les sensations n’étaient pourtant pas mauvaises. La 620 ne fait alors aucun sentiment. Pas de pitié ni de compassion, pas d’encouragement du type « vas courir ça te fera du bien ». Non. Des chiffres clairs. Sans équivoque, ni empathie aucune.

Tu en fais trop. Tu es fatigué. Repose toi.

Merci Garmin. Tu dois avoir raison. Je vais prendre quelques jours pour mieux dormir et écouter mon cœur, même si mon esprit semblait dire le contraire.

Update 10/02/2014

J’ai testé un peu malgré moi le fait de courir sans avoir récupéré. Après une sortie rapide et un peu fatigante (15km en 1h10), la montre annonce 70h de récup, je relance un enregistrement pour le trajet de retour à la maison, et 10 minutes après, c’est le bip fatale : « Récup: mauvaise ». Il faut dire que je sentais bien la fatigue en effet ! Par contre petite anomalie, la montre m’annonce ensuite moins de 60h de récup ! Il n’y a donc pas de « cumul » des récups si on enchaîne les séances de trop près. Donc à nouveau, cette mesure est une estimation, il faut que chaque coureur la voit comme un conseil et sache prendre en compte le contexte.

Le test complet

#1 Merci Terminator
#2 Somewhere over the rainbow
#3 VO2Max: un indicateur de forme ?
#4 Comfort d’utilisation
#5 Bilan

15 commentaires

  1. Je ne sais pas pourquoi mais ton texte me convaincrait PRESQUE de l’utilité d’autant de données. En vrai, c’est plutôt l’exploitation toute prête faite des données qui me semble intéressante. Mais bon. 450 boules quoi. 1/4 d’une belle Twingo 1.

    1. Oui, c’est sûr que là c’est simple et rapide à exploiter. Avec la réserve du prix, je suis d’accord. Ce ne sont que des calculs. Faire grimper le prix de la montre d’autant, je suis un peu perplexe. J’aimerais vraiment avoir le coût de revient… Un accéléromètre, une puce wifi/bluetooth, vu la démocratisation de ces composants dans les téléphones, ça coûte rien à mon avis. Donc j’attends de voir si « l’intelligence » apportée sur l’exploitation des données justifie le prix.

    1. Oui, tout à fait ! 1000€ de budget maintenant vu les prix de ces engins ! 🙂 Mais de mémoire, c’est le même calcul, c’est FirstBeat ou un nom comme ça qui fournit la techno de calcul du TE. Donc ça devrait être très similaire. Si quelqu’un me prête une Ambit ou veut me sponsoriser, je veux bien tester 😉 (allo, Suunto ? 🙂

      1. C’est vrai que c’est un budget, mais quand on aime !!! :p
        Tu ne fais donc pas partie des heureux blogueurs que certaines marques choisissent pour tester leur produit ??? 😉
        Je confirme, c’est bien Firstbeat… que je découvre. Merci !

        1. Disons que je teste, mais ni Garmin ni Suunto n’ont encore voulu de moi 😛 Suunto, je comprends, je suis pas traileur. Garmin, j’ai essayé, mais l’agence de presse qui gère ça les confie surtout à des « gros » diffuseurs, je voulais avoir 2 semaines pour la tester, c’était pas possible. je veux avoir le temps de faire plus que regarder des écrans et lister des fonctions. J’ai un peu lâché l’affaire.

      2. Tu m’étonnes… Je suivrai en tous cas tes tests avec intérêt, car l’aspect ultra connecté de cette montre m’intéresse… Même si je ne suis pas prêt à laisser tomber mon ambit 😉

        1. L’ultra connexion comme tu dis, c’est sympa. Mais c’est du confort. Et Garmin a encore du travail à faire sur sa plate forme je trouve ! Bref, pour un traileur comme toi, c’est un peu du luxe tout ça. Le combo Ambit / Movecount est supérieur pour un traileur, sans discussion possible.

  2. Alors t’as craqué huhuhu

    Je peux te prêter mon ambit à l’occasion, moi perso j’ai jamais rien compris à ce « temps de récup » et le « EPOC » me semble fumeux.
    Le meilleur indicatuer de forme c’est la FC au reveil, EPICETOU.

    1. Oui ça serait sympa de comparer ! Le temps de récup, couplé avec le TE, je trouve ça pas trop mal, même si souvent ça vient juste confirmer les sensations (mais pas toujours, donc y a un petit +). Le truc que je trouve cohérent dans cette affaire chez Suunto, c’est l’utilisation du cardio : sans lui, les autres mesures ne disent pas forcément tout. C’est le seul indicateur clé et fiable pour tous les types de sortie. Faut se coltiner la ceinture… (mais avec les nouvelles, ça va je trouve, c’est pas gênant)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *