Ca m’agace !

Oui, on peut pas toujours être d’accord avec tout le monde et penser que le running, c’est le monde des bisounours. Donc.

Attaque et contre attaque, même combat

Les levées de bouclier quand quiconque ose critiquer le running, ça m’agace un peu. L’article du Wall Street Journal, je regrette, mais il est loin d’avoir tort sur tout. Il ne met pas tout le monde dans le même sac, et franchement, se promener avec des autocollants « 26.2 » ou un tshirt Finisher pour un footing dans les bois, je regrette, c’est bien pour dire « regardez ce que je fais ». Parce que jusqu’à preuve du contraire, je me souviens assez bien des courses que j’ai pu faire, et même de mes temps en fait. De là à l’afficher pendant que je cours, bof. Certains doivent s’en servir pour rencontrer d’autres coureurs, admettons. En même temps, quand on met ce genre de fringue, c’est pour aller courir, et pour reconnaître un autre coureur, ce n’est pas trop nécessaire. Bref.

Maintenant, son analyse « c’est un sport où on peut se montrer facilement », là j’ai plus de mal. Que certains se montrent, oui. Qu’ils choisissent ce sport pour se montrer, là j’en doute très fort. Dur comme c’est, je me vois mal faire ce genre de calcul vraiment torturé à l’avance.

Donc bref. Les frimeurs m’agacent un peu, l’article du mec m’agace quand même un peu car partant d’une base défendable mais versant ensuite dans un théorie hasardeuse et un peu trop axée sur le « je fais péter un coup de gueule qui ne sert à rien ». Et les réactions multiples pour défendre les runners m’agacent aussi, aussi attaquable que soit cet article, il faudrait aussi faire la part des choses et reconnaître qu’il ne dit pas que des conneries. Et donc au moins lancer le débat et argumenter plutôt que tout rejeter en bloc. Je comprends bien la sensation rassurante d’appartenir à un groupe qui défend des valeurs le plus souvent nobles. Mais de là à ne pas en voir les défauts, c’est dommage. La communauté, bien. Le nombrilisme, non.

Les non coureurs

Autre chose qui m’agace, les commentaires des non coureurs sur chacun de mes faits et gestes. J’arrive au bureau avec mon sac à dos pour me faire ma petite sortie du midi ou mon simple entraînement du soir. La remarque classique

« Tu vas courir ? Tu prépares un marathon ? « 

Comme si tout coureur qui fait quelques entraînements ne pouvait préparer QU’UN MARATHON. Il n’y a donc QUE cette course ? Il n’est donc pas possible de courir sans préparer cette course, ou tout simplement sans rien préparer du tout ? Bordel de merde.

Autre question qui revient souvent :

« Tu prépares un marathon ? Le marathon de Paris ? ».

Oui, il n’y a que celui là en France. Y en a un par an, c’est pour ça qu’on est aussi nombreux.

Autre remarque de non coureur :

« Quoi ? Tu ne prends pas de gâteau à la pose café ?? Mais sais-tu de quoi tu te prives ? »

Ou encore le classique :

« Ah, tu n’en prends pas ? T’es au régime ? Tu prépares une course ? »

Là, à défaut de foutre la merde dans les relations inter-collègues, ça défile vite dans mon esprit les jours où je suis mal luné :

« Bon déjà, tu parles à un Auvergnat, donc niveau « privitude », je pense que j’ai bien profité, et d’un tas de trucs beaucoup plus lourd que ces gâteaux. Tu risques pas de m’apprendre ce que c’est de se faire plaisir. Ensuite, mon « régime » comme tu dis, ça s’appelle juste bouffer normalement et sainement, et non, je ne mange pas que des carottes, je bouffe des tas de trucs qui me plaisent beaucoup, simplement je ne m’empiffre pas, y a pas que la quantité qui compte. Enfin moi je sais à peu près de quoi je me prive de temps en temps, mais je me prive pas des sensations que ça me donne par ailleurs, alors que toi à passer ton temps à bouffer, je suis pas sûr que tu en sois bien capable, ni que tu en aies la moindre idée. Mais si tu sais mieux que moi ce dont j’ai besoin, je te remercie de tes conseils avisés. Connard ».

Voilà. Mais je suis gentil. Je me tais. Un jour, je prendrais mon joker. Et j’en clasherai un. En attendant, je vais courir, c’est plus productif.

8 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Après lecture de l’article du Wall Street Journal, le mec est effectivement assez virulent.

    Je partage ton avis qu’il y a un cependant matière à débat et aucun besoin de fustiger immédiatement l’auteur de l’article.
    Après, je ne comprends pas spécialement sa haine envers les runners, s’ils souhaitent afficher leur temps sur un tee shirt ou courir dans la rue, je ne vois pas bien quel est le problème pour les autres personnes. Si j’étais mauvaise langue, je dirais qu’il est jaloux 🙂 Enfin je ne vois vraiment pas ce qui le dérange concrètement dans sa vie à lui.

    Pour le fait de se montrer, j’ai encore envie de dire « et alors » ? C’est dur de se mettre à courir, de faire un semi ou un marathon. Si on en est fier et qu’on a envie de le montrer (tout étant relatif puisque ça reste un tee shirt porté en courant la plupart du temps, on ne va pas non plus bosser avec), je ne vois pas le problème. Chacun fonctionne à sa façon, encore une fois je ne trouve pas spécialement dérangeant ni de courir avec un tee shirt « finisher » ,ni avec un tee shirt uni.

    Quant aux remarques des collègues, je comprends ton agacement surtout pour le côté « t’es au régime » qui implique un jugement immédiat. Quand bien même je serais au régime, so what ? Tu fais encore ce que tu penses bon pour toi !

    Pour les commentaires de non coureurs, j’ai beaucoup rigolé car moi-même avant de m’y mettre je disais à mon père « pffff mais t’es malade, te lever à 6h pour courir un 42 kilomètres dans le froid ! t’es maso ». Maintenant, ça m’énerve quand on me dit la même chose (bien que je ne sois pas encore au marathon 🙂 ), mais au fond de moi je suis « fière » d’être passée du côté de ceux qui « sont assez fous pour aller courir », car maintenant je comprends, et je sais ce que j’y ai gagné.

    Après, il faut être tolérant, les gens qui ne courent pas ne peuvent pas connaître ce milieu. Même mon copain que je bassine avec ça me parle de mon « marathon » alors que c’était de la parisienne (6,7km) qu’il s’agissait… rien à voir donc 🙂

    Sinon, beaucoup de coureurs courent dans des parcs ou dans la campagne, ce n’est donc surement pas pour se montrer. Personnellement j’habite à Paris, pas de parc à côté, donc je cours dans la rue. Pas du tout pour me la péter à me montrer à tout le monde, parce que j’ai pas vraiment le choix. L’auteur de l’article en anglais manque un peu de tolérance, je trouve.

    Désolée pour le pavé ! Au moins, j’ai débattu :p

  2. Hello,

    C’est malheureusement partout la même chose!

    Les remarques sur ce qu’on mange, les questions sur nos weekend forcément consacrés à la CAP, les vacances que l’on a forcéement prises pour faire un marathon.

    C’est marrant mais personne ne m’a jamais posé une question intéressante, personne n’a jamais demandé un conseil …

    Il y a ceux qui courrent et qui ne parlent que de perf’ et ceux qui ne courrent pas et qui posent sans cesse les même questions!

    « Et un marathon c’est combien de kilomètres? » C’est la seule question qui m’agace vraiement, car savoir la distance d’un marathon ce n’est pas être sportif, c’est être cultivé et apparemment …

    A+,
    Mystinguett

  3. Alors, alors, il y a PLEIN de choses dans ton post. Déjà, merci pour le lien vers l’article. Je n’avais pas lu. Je suis allée lire donc… et ça me laisse un peu perplexe. Il est clair qu’il y a du vrai dans ce qu’il dit. Maintenant, son analyse est un peu facile et, comme tu dis, ça sent le mec qui veut juste râler et faire réagir. Maintenant, au moins, ça lance le débat.
    L’exemple des stickers est tout relatif car, perso, je n’ai jamais vu ça en France. Ces stickers, pour moi, ça reflète bien les Américains. Et je ne pense pas qu’ils font ça « en toute conscience », car, à la base, les Américains aiment se montrer, aiment qu’on les regarde et aiment montrer aux autres qu’ils ont réussi et qu’ils ont accompli de grande chose. Ca ne me choque donc pas plus que ça.
    Pour ce qui est de se lever à 5h du mat pour aller courir, ben, oui, ça parait stupide aux personnes qui n’aiment pas ça. Maintenant, chacun son truc. On est tous différents et on n’aime pas tous les mêmes choses (bien heureusement !). Pourquoi ça serait plus ou moins intelligent qu’un autre passe-temps ?

    Personnellement, la mode du running me fait doucement rire. C’est devenu tendance de dire qu’on court. Et, du coup, forcément, il y en a qui sont là pour se montrer. J’ai tendance à croire que ce n’est pas la majorité. Il y a des moyens plus faciles de se montrer. Moi, j’attends de voir ce que ça donnera dans la durée.

    Sinon, le coup de tes collègues… hi hi hi, ça me fait bien rire. J’ai connu ça aussi, surtout le coup du régime. Et ça me faisait bouillonner intérieurement. EXCUSEZ MOI de ne pas aimer les mêmes choses que vous. EXCUSEZ MOI de ne pas aimer manger au McDo. EXCUSEZ MOI d’aimer les légumes et les fruits. Ce n’est pas pour autant que je fais un régime. Mais tout ça, c’est encore une fois une question de tolérance et de non-jugement par rapport à des habitudes différentes.
    Par contre, le coup du marathon, ce n’est peut-être pas fait en pensant à mal. Ils ne connaissent pas la course. Ils entendent parler de marathon. Ils t’en parlent. C’est plutôt une façon d’échanger.

  4. Je m’étais dit à peu près la même chose que toi concernant l’article qui parle des coureurs m’as-tu-vu… l’autocollant sur la bagnole quel intérêt… ça me fait penser à « l’ultra-sieste du mont-blanc », je sais pas si tu connais. Mais c’est mecs qui « manifestent » contre l’utmb. Bon leurs arguments sont parfois un peu con type « l’esprit de compétition c’est maaaaal et tous les sports le développent donc faut pas faire de sport », mais le meilleur c’était les commentaires, et du côté des pour, comme de celui des contre, on a l’impression d’avoir à faire des débiles (et incapables de ne pas s’insulter sans s’écouter dans la foulée). C’est fabuleux. J’aime pas les gens.

    Les non-coureurs de mon côté sont moins perturbés par ce que je mange (en même temps, je représente la Team Glouton) sauf quand je mange mon sport dèj en poudre… Ils grimacent sans jamais avoir goûté…
    A part ça ils restent sur un classique « t’es folle » même quand je pars pour 5km. Rien de bien terrible, et puis ce qu’on croise à mon boulot est tellement gratiné qu’à côté de la plupart des gens je suis carrément saine d’esprit.

    Mais énerve-toi un bon coup, sois plein de haine, envoie les chier!

  5. Rien à ajouter. Je pense tout pareil que toi. Et ça m’agace même pas alors que d’habitude j’ai l’impression qu’on me pique mes idées. Va bene !

  6. Ouais, mais le gars il fait une fixette sur l’aspect « m’as-tu-vu » parce qu’il y projette sa propre vision du monde. En fait c’est peut-être tout simplement de la jalousie.
    Et quand on lit un peu les autres articles du gusse (http://www.americanthinker.com/chad_stafko/) on voit qu’en fait il s’inscrit systématiquement dans l’opposition, la critique et le dénigrement et ne propose jamais rien de constructif.
    Donc bon, les chiens aboient et la caravane passe.

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.