S5, ça brûle

Oui, la dernière semaine, elle nous agace toujours un peu. Elle est longue la vilaine ! Mais ça fait partie du truc aussi. Ronger son frein. Commencer à bien réfléchir à la course, surveiller la météo, faire les dernières sorties pour vérifier les sensations.

Allez plus que 2 ! Le mardi matin, on se pèle, il pluviotte, le temps typique à ne pas aller courir, mais le plan c’est le plan. Et comme Running Addict était motivé pour partager ce petit footing, c’est une bonne motivation de plus pour ne rien décaler ! Au programme, de l’entretien : 30min de footing, puis un 12x100m à 95% pour garder les jambes dans le rythme. Météo et compagnon de course très rapide obligent, le footing se transforme en endurance avec un petit 5’27 » tout à fait classique en mode « je cours comme je le sens ». On discute, le temps passe vite, c’est parfait pour ne pas penser à cette météo pas folichonne. Et la forêt de Rambouillet, y a plus dégueu comme terrain d’entraînement. On enchaîne avec le 12x100m qui se transforme vite en gros n’importe quoi, la faute à un accéléromètre capricieux qui oscille entre « 2min/km » et « tu cours pas! ». Résultat, les 100m deviennent plus longs, les temps sont loin de l’objectif chronométrique, mais l’idée est plus de faire un peu de vitesse, pas d’être à la seconde. Et là on se dit « j’ai de bonnes jambes quand même ! ». Le genre de sensation de dernière semaine qui fait plaisir. Donc au final ça fait 8km en 43′, et on débute bien la journée.

Ensuite, on fait quoi pendant la dernière semaine vu qu’on court peu ? Il y a plein d’activités pour attendre le Dimanche :

  • surveiller la météo. Oui, on commence bien une semaine avant, même si c’est peu fiable. On commence à réfléchir à ce qu’on va mettre. Donc comme il devrait faire bien glagla Dimanche, ça sera un collant ou corsaire en bas, et soit un tshirt + manchettes, soit un body fin + tshirt en haut. Bonnet, gants, bien sûr. Coordination des couleurs : rien de prévu, chui pas une nana. Ça sera dépareillé, vous pouvez hurler dans les commentaires si vous voulez.
  • vérifier le parcours. Après deux précédents « 10 » qui étaient en fait des 9.4 et 10.55, je suis méfiant. La Mirabal n’est pas label FFA, mais la vérification précise du nouveau tracé semble dire qu’on aura bien 10 bornes. Ca tourne. Y a du chemin, peut-être de l’herbe. Un petit repérage s’impose avant la course, et il suffit de prendre deux paires de chaussures dans la voiture pour ne pas être pris au dépourvu. Check.
  • pourrir la tweet line des autres coureurs
  • surveiller son régime. Là c’est pas la course d’été du village. Je viens pas pour me tester. Donc pendant la préparation, je commence à faire un peu attention à ce que je mange. Et les deux dernières semaines, je passe en mode limite intégriste. Surtout la dernière semaine. Pas de gros excès, des repas plutôt light, j’avais un bon kilo à perdre en début de prépa, idéalement deux pour être vraiment à ma limite basse. Le verdict va bientôt tomber, mais ça me semble pas trop mal ! (comprendre : le pli de peau sur les abdos quand je pince est plus fin que d’habitude. J’ai pas les abdos à Christiano Ronaldo. J’ai son ego par contre. Mais pas son compte en banque. Bref).

Le Jeudi, la fameuse « dernière sortie avant la course », qu’on fait en mode « hyper rigoureux », càd en suivant le plan à la lettre (ou presque). Donc 20 minutes de footing, et 5x100m à 95%, un échauffement en fait. Bien sûr le footing se fait à allure un peu soutenue vu le froid du moment (5’24 », une allure d’EF quoi), mais promis, je poussais pas du tout. Et les 100m en mode « je vais essayer de vraiment faire 95% cette fois » se sont finalement fait plus vite que les autres séances, entre 3’20 » et 3’25 ». Bon, on va pas s’enflammer, l’absence du podomètre explique peut-être cette différence. Oh et puis non merde, ça fait plaisir, on va dire qu’on se sent juste très bien et qu’on a des cannes d’enfer. Voilà. Allez, amenez moi Dimanche maintenant ! Pas d’idée précise d’allure à prendre, on va faire simple de toute façon : on se met minable. Facile.

7 commentaires » Ecrire un commentaire

    • Complètement sexiste ! Alors au menu : un bonnet orange, des lunettes rouges, un tour de cou peut-être (j’hésite entre vert ou gris/orange), un haut à définir, mais ça risque d’être pourpre ou rouge ou noir avec une touche de rouge, collant/corsaire noire, chaussures soit jaunes soit orange/jaune. Disons qu’il y aurait presque une cohérence dans les tons chauds. D’où l’idée du buff vert histoire de casser la cohérence et pas passer pour une fillette. J’ai bon ? 🙂

  1. Repérer le parcours, voilà encore un truc que j’ai jamais fait 😉 Je vois que tu optimises quand même vachement bien. C’est bien d’être sérieux comme ça. Un jour même je ferai un régime pour optimiser aussi au niveau poids parce que là c’est vraiment pas mon truc. Mais j’essaierai.
    Bon avec tout ça, ça te met quand même une belle pression : RP obligatoire, quitte à vomir tes boyaux à la Cristiano Ronaldo.

    • Je repère jamais comme ça, mais là j’ai une interrogation sur le terrain. Si c’est de l’herbe et que ça glisse bien, je vais me retrouver con avec des chaussures lisses 🙂 Mais j’adore quand même tout préparer sur certaines courses, c’est clair. Ca fait des petites différences qui font les secondes qui pourraient manquer 😉

      (mais là ça va pas se jouer à quelques secondes)

  2. Mardi j’ai laissé un coureur affuté et sui n’avait qu’une hâte, en découdre le week-end venu… Quand on a cet état d’esprit là plusieurs jours avant la course… Ça laisse présager de belles choses dimanche! 🙂

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.