[Test] Skechers GoBionic Trail

La marque Skechers commence doucement à se faire un nom dans le monde de la course à pied, et après avoir attaqué le bitume avec ses GoRun / GoBionic, c’est vers les chemins et autres pistes que la marque américaine se tourne. Voici leur second modèle de trail, les GoBionic Trail, des « semi-minimalistes » comme on les aime sur Pasaprèspas.

IMG_20130903_081008Déjà, les caractéristiques principales : les GoBionic Trail sont de petites traileuses (220gr en 43), flexibles, assez « basses » (drop de 0 à 4mm), destiné à du trail en chemin / petites montagnes.

Semelle

La gamme Bionic est la plus minimaliste chez Skechers, il ne faut donc pas s’attendre à une semelle épaisse et rigide. Bien sûr, comparées aux GoBionic, ces runnings sont moins souples. Mais rien de comparable à d’autres modèles de trail plus rigides : la semelle laisse bien sentir le sol, et il faut évidemment éviter de marcher sur des petits cailloux isolés. Les crampons donnent une très bonne traction sur terrain humide ou glissant, et l’amorti reste présent. Il vaut évidemment mieux avoir une foulée « plate » qu’une attaque par le talon, on est loin de l’amorti de grosses traileuses (et le talon est « biseauté », regardez le profil de la chaussure en bas de l’article). On notera aussi qu’il n’y a plus de souci des « cailloux coincés dans la semelle » comme sur d’autres chaussures très flexibles (comme les GoRun, les GoBionic, ou les Nike Free). La semelle est d’un bloc, les crampons sont assez espacés.

Empeigne

Le haut est moins léger et flexible que sur les autres chaussures de la gamme. Il y a une protection minimaliste sur l’avant, attention de ne pas faire le casse cou dans des zones bien accidentées. La chaussure offre une protection vraiment réduire au minimum. La respirabilité est correcte, et si la chaussure n’est évidemment pas imperméable, on attendra d’avoir fait plus de sorties avec pour savoir si elle évacue bien l’eau. Le support du pied reste évidemment réduit au minimum. Très peu de support de la voûte plantaire, peu de maintien autour du talon d’Achille, la GoBionic Trail reste une chaussure dédiée à vous laisser le pied libre. On notera la semelle un peu particulière, car elle est nettement plus épaisse au niveau du talon. En la conservant, la chaussure a un drop de 4mm. En la retirant, vous passez en 0 drop.

En pratique

Les sensations procurées par ce nouveau modèle de Skechers sont conformes à la philosophie de la marque : légèreté, souplesse, sensation du sol, pose à plat. On est loin des traileuses classiques qui sont beaucoup plus rigides et lourdes. La sensation est très libre, on les sent très peu sur le pied. Ce qui est toujours un bon compliment pour une chaussure. Il faut faire attention aux aspérités, c’est une évidence. Et leur protection très légère de l’avant pied font qu’on les voit plutôt sur du chemin que sur de la haute montagne.

Leur poids les met en concurrence avec des modèles comme les S-Lab de Salomon (plus légères), les Grit de Brooks (plus lourdes) ou encore les Kinvara Trail de Saucony (même poids), mais avec une semelle plus flexible je pense. Leur prix est également un gros plus : s’il faut dépenser grosso modo entre 120 à 160€ chez les concurrents, la GoBionic Trail est à 80€ sans remise. Un sacré atout pour une chaussure très agréable à utiliser !

HD_0000089324_161744_06Les +

  • Légères
  • Look sympa
  • Flexibles
  • Bonne traction
  • Choix 0mm / 4mm drop
  • Prix

Les –

  • Protection limitée
  • Amorti un peu limité
Bilan
Date
Le produit
Skechers GoBionic Trail
Ma note
4

8 commentaires » Ecrire un commentaire

    • J’ai du mal avec les tests qui font cinq pages. Souvent je file vite à la conclusion. Donc je me fatigue moi même si je ponds un roman. Ca doit rester simple, c’est que des runnings après tout 😉

    • Oui c’est clair, 120, 140, 160€ pour des runnings qui vont me faire un an environ, j’ai du mal. Au moins Skechers a une politique de prix simple : c’est 80€ pour toutes les runnings. Donc en promo on arrive souvent à 60/70, c’est plus acceptable.

  1. Et question qui peut paraître un peu bizarre mais sur route ça donne quoi ? (J’ai pas de bourbier en bas de chez moi et c’est rare que je me fasse une session full chemin sans aucun bitume à l’horizon)

    • Et bien justement, j’y pensais. On a fait du bitume avec lundi à Vincennes, aucun souci. C’est super léger, on sent que c’est un peu plus ‘haut’ avec les crampons, mais c’est super agréable. Après niveau longévité des crampons, je peux pas dire. Mais elles sont en lice pour la prochaine course qui sera à moitié sur chemin, c’est pour dire si je leur fais confiance sur route !

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.