S2 préparation 10km : du VO2 OT en veux-tu en voilà !

On continue notre plan 10km avec le plein d’entrain et de motivation, surtout que c’est sûr, l’hiver arrive ! Chic chic chic ! Mais la forme est un peu en deça des sensations passées. Ohhhhh… Mais les résultats ne sont finalement pas si mauvais. Ahhhhh !

S2E1

Oui, ça fait plaisir, de voir un petit « 5°C » annoncé à la météo pour le petit matin. Ouéééééh !!! On peut ressortir ses collants, ses body, les gants, le bonnet, les vestes. Et on attaque donc la S2E1 par un petit 1h en endurance dans la forêt de Rambouillet et dans le parc du château. Déjà, il y a plus dégueulasse comme endroit pour aller s’entraîner, ensuite, il faut bien froid comme on aime, et enfin, on est pas emmerdé par le monde, avec de supers sensations au bout d’une demi heure de course (oui, je suis un diesel, je mets du temps à chauffer). Bilan 1h00:27 pour 11km, (5:30min/km), au feeling, de l’EF comme on aime.

S2E2

Le Mercredi, on enchaîne avec le premier fractionné de la semaine, le même que la semaine précédente grosso modo. Mais au lieu de faire 6 séries de 3x200m, c’est 6 séries de 3x1min. Donc un peu plus long, avec un enchaînement 90%/80%/90%. Le changement de vitesse est toujours un peu ardu à faire (le 80% étant souvent un peu lent), mais globalement tout se passe bien, avec un 23/24 au niveau de la vitesse (score donné par l’interface d’Athlète Endurance, donc dans les +/- 5%, on y reviendra dans un futur article). La séance paraît plus difficile que la précédente, mais le cardio est finalement plus bas. Le fait de courir seul aide sûrement un peu, je n’avais personne avec qui parler sur l’échauffement ou les récup. Au final, 10km en 49’53 » (quand je pense qu’à une époque c’était un gros objectif sur 10km…).

S2E3

Le Vendredi matin, on profite du jour férié (et de la météo à nouveau assez mauvaise) pour faire sa S2E3 sous une petite pluie et un temps bien frais. Au menu, un petit 30min d’EF, suivi d’un 3Km en progressif de 5’11 à 4’16. Sauf que. La Garmin donne la vitesse instantanée sur les 30 minutes, puis la vitesse moyenne sur le 3Km (probablement car j’ai borné l’allure). Résultat, si l’EF s’est faite à un rythme normale (5’44″/km, manquerait plus que je foire ça tiens…), le progressif a été un bon moment de n’importe quoi à essayer de prendre une vitesse quasiment impossible à atteindre. Les sensations disaient bien que ça allait trop vite de toute façon… Ça se finit sous les 4’/km sur le dernier km, avec une moyenne à 4’24 » mais au moins l’accélération progressive a été bien respectée. La prochaine fois, je couperai en plusieurs segments et j’entrerai les vitesses dans la montre pour être un peu plus rigoureux. Bref, 10.56km en 56′, pas la séance la plus rigoureuse de l’année, mais ça fait du bien au petit matin !

S2E4

Le Dimanche, on retourne faire un frac, avec une séance qui fait bien envie sur le papier : 3 Séries de : 3 X 200m (95%) R.100m (60%) + 2 X 300m (90%) R.100m (50%). Bref, de la séance bien typique de la méthode VO2 OT, avec variation de vitesse. La récup après les 300m paraît bien lente. Mais quand on cherche la durée de la récup entre les 3 séries, on comprend bien pourquoi. Pas de récup. On enchaîne donc les 200m/300m/200m/300m/200m/300m, avec ces récup sur 100m qui paraissent un peu courtes. Ok, les vitesses ne sont pas excessives pour ces distances, habituellement c’est plutôt 100% de VMA, voir plus. Donc ça se tient.

On débarque donc à Vincennes, fort d’une fin de samedi à nouveau fiévreuse après le jeudi de la semaine passée (ça commence à bien faire ça!), en se disant que ça ne va pas être de la tarte. 800m pour calibrer son accéléromètre (on devrait être plus précis sur la distance comme ça), puis un bon échauffement parce qu’il ne fait pas chaud, avec un petit vent qui plus est. On tente une nouveauté côté habillage, avec un body + un gilet Ashmei. Bizarre de courir sans les manches d’une veste, mais ça pourrait aider pour réguler la température. La piste est toujours aussi dure, assez peu fréquentée un dimanche en fin d’après midi, aucun souci pour faire ses enchaînements donc.

Le premier se solde invariablement par un «je tiendrai pas ça trois fois…», surtout que les bips de la Garmin indique qu’on va trop vite, surtout sur les récup. Mais merde, la VMA devrait être un peu sous estimée, y a moyen de tenir, appliquons nous sur la récup. Donc on poursuit, on finit par se régler (oui 95% de VMA, vu mes entraînements depuis 6 mois, c’est pas l’allure la mieux mémorisée), et finalement ça s’enchaîne bien. Une petite accélération sur le dernier 300m pour frimer un peu, et on finit en trottinant (mais pas trop longtemps). Verdict de la Garmin : on oscille entre trop vite et dans les clous, le cardio ne monte pas si haut que ça (max à 178, soit moins de 90%). La petite fatigue qu’on traîne depuis quelques temps explique sûrement qu’on a trouvé ça plus dur que les chiffres le disent. Les allures soutenues ne sont pas si monstrueuses, mais ça paraît un peu difficile. Pas super encourageant pour le 10km, mais il reste trois semaines pour laisser passer cette période un peu bof bof.

Et puis merde, c’est pas de la tarte non plus cette séance, lève un peu le menton, coureur ! Soit fier de ton fractionné dans la grisaille, le vent frais et la pénombre. 10.2km en 50’41 à ajouter à cette semaine finalement bien complète, on a séché aucune séance, tous les fractionnés se sont faits à la vitesse ou trop vite. On a vu pire !

6 commentaires

    1. Ouais merde, c’est pas non plus une sortie en footing. et quand je suis vraiment à me sentir à plat, je déballe mon égo, et je me balance un bon gros « allez lève toi marathonien ». Ca aide.

    1. A 3 semaines, quand même pas… C’est juste pénible ces petites crèves à répétition, le changement d’heure, de température. Quand je regarde des temps de fractionnés du printemps, je suis pas sûr de les tenir. Mais au moins, je tiens le plan. Et ça va revenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *