Là c’est VRAIMENT la rentrée

Oui, s’inscrire sur les courses d’automne, c’est bien, mais s’entraîner pour, c’est mieux. Si la semaine dernière a été plus un prolongement des vacances qu’autre chose, cette semaine, c’est plus la même limonade !

Vous n’avez déjà pas été sans vous extasier devant les performances stratosphériques du fractionné du Mercredi soir. (oui ok, j’en fais un peu beaucoup…). Le Vendredi, une petite sortie en EP (Endurance du Pauvre) était prévue, mais les conditions météo ont eu vite fait de décourager la collègue supposée me supporter pendant cette séance (il paraît que je jacte en permanence, mais bon, à 9km/h, je m’ennuie ;). Arrive donc un magnifique Samedi, où il pleut quasiment toute la journée. Et c’est bien là qu’on voit si on est prêt à s’y remettre ou pas. Le Dimanche, il va faire meilleur. Alors oui, on peut attendre. Et ça ne fera que 2 séances dans la semaine. Alors oui à nouveau, c’est pas la mort de faire sauter une séance d’EF ou EP. On n’a qu’à se dire ça toutes les semaines tiens !

Donc non, 17h, il pleut, c’est l’occasion de dire bonjour à ma copine ma veste de pluie, et hop hop hop, on se prépare, le baladeur, un corsaire, le tshirt du Paris Versailles 2011 (ça aide à se motiver) et on attend que la Garmin attrape le GPS dans l’entrée de l’immeuble. Ce qui fait se rappeler cette petite phrase tellement vraie au sujet de la pluie : le plus dur, c’est de partir. Il fait 15°C, pas  trop dur de se pousser au cul pour démarrer. C’est parti pour une séance longue en mode « PV », on prévoit quelques allers retours dans la côte des barrières au début de la séance, et un bon 16km au total pour simuler un peu les conditions de course. Mais en mode SL, sans me mettre minable, juste faire ses km tranquillement sous la pluie. Sans regarder le chrono, en démarrant cool, et en laissant le corps piloter.

Ça donne des montées de côte à rythme tranquille, en cherchant un peu la vitesse qu’on pourrait prendre en course, sans se mettre dans le rouge. Puis profiter d’un bois de Vincennes bien moins fréquenté que d’habitude. Les promeneurs ne sont plus là, les cyclistes sont bien moins nombreux. Reste des coureurs. Oh, bien moins que d’habitude ! Mais il y a des gens motivés, malgré la pluie ininterrompue. Le tendon d’Achille se refait sentir au bout d’une heure de course, la faute sûrement à des appuis trop dynamiques (mais p…… ça faisait du bien de courir comme ça sous la pluie). Donc on modère un peu, on change les appuis, on dit bonjour au château, puis au lac des Minimes. Le retour se fait à nouveau à vitesse plus libre, et arrive un de ces moments si particuliers des séances longues, le passage « in the zone ». Où tout va bien, on n’a ni chaud, ni froid, ni mal nulle part, la pluie est un plaisir, les jambes déroulent toutes seules, sans donner l’impression de faire un effort. On se dit qu’on pourrait courir des heures comme ça. Ou accélérer, encore, un peu, sans forcer. Oh cette période ne dure jamais éternellement, et vu le manque d’entraînement, il valait mieux finir plus tranquillement.

Tellement tranquillement qu’en donnant un bon coup dans une racine qui dépassait du sol, c’est un espèce de réveil brutal. Étonnant comme le corps comprend d’un coup qu’il a fait un effort, que les muscles sont un peu endoloris, comme si l’esprit se reconnectait d’un coup avec la réalité. Heureusement, c’était assez proche de l’arrivée, et après une nouvelle estimation un peu foireuse de la distance, on finit à 18.3km en 1h37:36. Un bon 5:19/km, avec 4 montées de la côte des barrières (donc 2.2km), à un rythme entre 5:33 et 5:55. Le début et l’arrivée en 6:13, un pointe à 4:36, c’est bien géré, pas trop vite, pas trop lentement, une sortie qui fait franchement plaisir quand on rentre bien trempé (oui, la veste Sugoi protège bien, mais une heure trente sous la pluie, ça trouve ses limites !), bien sale, mais sans douleurs, sans avoir pris froid.

On vérifie l’état de la machine le lendemain avec une nouvelle sortie à Vincennes en fin d’après midi. Les Nike Free étant encore mouillée, c’est le retour sur les Skechers Go Run, pour une sortie footing. Donc en pantalon de survêt, sans regarder la Garmin, juste un petit tour tranquillement. Il fait presque beau, il fait bon, c’est de la sortie détente. Le retour à des chaussures plus légères fait plaisir, sentir aussi bien le sol reste un bonheur, même s’il faut faire plus attention. Les jambes vont très bien, comme quoi le léger manque d’entraînement n’a pas laissé trop de trace. Ca donne un petit 6.3km en 35:49 (5:42/km). Rien d’extraordinaire, mais ça permet de finir une semaine proprement : une séance VMA longue, une SL, un footing, pour presque 38km. Ça se prend ! Reste à continuer comme ça pour faire un bon PV et surtout être prêt pour le gros objectif de l’automne, les 20Km de Paris. Toujours sans plan précis, toujours au feeling.

8 commentaires

  1. Pour ma part (même programme : les 20 km de Paris en ligne de mire), j’ai gravement chuté en cette semaine de rentrée, en passant de 50-70km par semaine à…un simple 10 km effectué cette semaine (dimanche, j’ai attendu que le temps sèche). OUI, j’avoue, j’ai fléchi devant la semaine de pluie, de reprise du boulot, de reprise des mauvaises habitudes alimentaires, de micro-déprime de la rétine pas assez éclairée. Mais ce 10km s’est avéré pas trop dégueu, et m’a dit « tu vois, une semaine merdique-total, ça te fait pas tout perdre, donc continue à t’entraîner ». Comme toi, je fais tout au feeling (dans la vie comme dans la course à pied, je fais tout au fartlek !) sans plan précis, mais avec le bon sens et l’écoute des sensations surtout. L’air de rien, ça marche et ça va marcher: )

  2. Yes ! La rentrée est bien là ! C’est vrai que le PV et les 20km sont les courses incontournables de la rentrée. Au moins pour les franciliens. En tout cas, au vu de ton entrainement, tu vas faire 2 supers courses ! Tu te fixes quoi comme objectif pour chacune des courses ?

    1. Le PV, j’ai aucune référence sérieuse, donc je sais pas trop, j’estime très mal sur parcours vallonné. Je pense que 1h20 ou en dessous devrait être jouable. Le 20km de Paris, j’ai besoin de quelques entraînements de plus pour voir. 1h30 serait bien je pense. Ça fait déjà 2:50 d’amélioration. Moins est jouable je pense, mais il faut que je m’entraîne bien et que j’arrive à poids de forme. Pas fait encore. Et toi? Tu fais les deux?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *