[Test] Veste Ashmei, paye ton haut de gamme !

Allez, l’hiver approche, on peut ressortir les belles fringues techniques ! Et pour célébrer ce retour du temps pourri, Pasaprèspas met les petits plats dans les grands : un test de matériel qui envoie du lourd.

The devil is in the details

vesteCar il faut bien se l’avouer, acheter une veste Ashmei, c’est un péché coupable, c’est un joli craquage, c’est vraiment pour se faire plaisir. Car la marque anglaise n’y va pas par quatre chemins : « The finest performance running clothes ». C’est pas compliqué, c’est le top. Et le prix est en conséquence. Donc c’est du vêtement à se faire offrir, de la fringue technique pour célébrer une grosse perf, c’est se pourrir-gâter une fois de temps en temps. Mais en pratique, ça vaut le coup cette affaire ? Déjà recevoir un colis de chez eux, c’est sentir qu’on a pas acheté chez Décathlon ou Go Sport. Les articles sont emballés dans une pochette de voyage, et il y a même parfois un petit mot manuscrit sur un carton. Et la première impression qui prédomine, c’est la qualité de finition du vêtement. Tout respire la qualité. Les matières (laine Merino, polyester, nylon), les petits détails, le style. Tout est très soigné, bien taillé, étudié. La fermeture de la veste est asymétrique pour ne pas gratter sous le menton (et puis aussi parce que ça a de la gueule). Une petite bande de plastique anti dérapante parcourt tout l’intérieur de la veste sur le bas, pour éviter que la veste remonte trop facilement (vous savez, le genre de plastique qu’on utilise pour éviter que les tapis glissent et pour poser son téléphone sur le tableau de bord de sa voiture, le truc que les mouches ont aux pattes quoi !).

Merinooooos merinos, la veste des runs en beauté

Et comme on n’achète sûrement pas ce genre de veste juste pour se la péter avec sa finition, il faut vérifier si le choix des matières est validé sur le terrain. Ashmei utilise du polyester comme toutes les autres marques, surtout pour les parties exposées aux intempéries (avant, épaules). A ce niveau, cette veste softshell fait très bien son travail: on ne sent pas le froid, elle résiste assez bien à la pluie, elle couvre bien le cou, il y a des passes pouce sur le bas des manches, bref, c’est une vraie veste d’hiver / temps froid.

Mais là où la marque anglaise se démarque, c’est sur le choix des matériaux pour les autres parties de la veste. Au lieu d’utiliser une matière synthétique, c’est de la laine qui est utilisée. A première vue, ça paraît loufoque, qui irait courir avec un pull ? Maintenant à y réfléchir un peu, les moutons passent l’année avec de la laine, et ils ne semblent pas en souffrir plus que ça ni l’été, ni l’hiver. La laine garde au chaud quand il fait froid, mais évacue bien la chaleur quand il fait chaud. C’est la théorie qu’Ashmei applique avec la laine mérino de haut qualité qui est employée ici. Attention, c’est pas de la grosse maille hein, ce n’est pas le pull over que mémé vous tricotait. Ça reste très fin, ça respire en effet très bien, ça ne colle pas, ça ne démange pas, ça ne sent pas, et la transpiration est très bien évacuée. Pas de miracle non plus, ça ne va pas TOUT évacuer et vous garder au sec si vous transpirez abondamment comme moi, le produit miraculeux n’existe pas ! Mais courir avec cette veste en hiver, c’est surtout l’oublier. Pas de sensation de froid, pas de sensation de chaud. C’est finalement le meilleur compliment à faire à tout vêtement de course.

Courrez léger (y compris au niveau du portefeuille)

Si l’on regarde ensuite les petits détails qui peuvent en embêter certains : il n’y a pas beaucoup de « rangement ». La philosophie d’Ashmei est : « vous portez des vêtements de grande qualité, ils s’adaptent aux conditions, vous n’avez pas à les enlever ». Donc deux mini poches sur cette veste, une petite poche verticale sur la droite en bas (de quoi glisser des clés ou un ou deux gels), et une autre poche verticale au bas du dos (un peu difficile à utiliser en courant). Pour ceux qui aiment trimballer des gants ou un smartphone, n’y comptez pas trop !

Il y a également deux fermetures éclairs sous les aisselles pour ventiler plus si nécessaire, des passes câble pour votre baladeur mp3, des éléments réfléchissants, bref, tous les petits détails nécessaires à une bonne veste.

La qualité se paye, il faudra débourser 180£ sur le site d’Ashmei pour se l’offrir (aucun magasin ne vend leurs produits en France). Mais bon, vous voulez avoir de la gueule en courant ou pas ?

Photos

Au final

Les +

  • Beau
  • Très bien fini
  • Matière innovante et thermo-régulante (laine)
  • Beau
  • Belle
  • Marque pas connue pour faire son geek

Les –

  • La qualité se paye !
  • Peu de rangements

Pour quoi ?

  • Automne / hiver / printemps
  • Température < 10°C
  • Entraînement seulement, vous vous imaginez abîmer cette veste avec des épingles en course ??? Moi pas.
  • Juste pour la porter même hors entraînement, parce qu’on est super bien dedans
Bilan
Date
Le produit
Ashmei Ultimate Softshell Running Jacket
Ma note
5

5 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. pour pas faire de trou avec les épingles ds les fringues perso j’utilise tout connement un élastic de couture que j’ai coupé/cousu à la taille de mon tour de taille et j’épingle dessus. ca me gene pas et pratique aussi qd tu enleve des couches en course ^^
    voila ça n’avait rien à voir avec le sujet ms c’était mon astuce du jour

  2. Ouais moi j’adore les vestes de running. Sauf que j’ai toujours du mal psychologiquement à lâcher 200000000 roupies pour une veste. Même si blablabla c’est de la qualité, blablabla elle dure plus longtemps. Du coup j’ai plusieurs vestes, mais de moins bonnes qualité.
    Peut être qu’un jour ca changera 🙂

  3. Rétrolien : Test: gilet Ashmei | Pasaprespas

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.