Appel à témoins

Oui, il faut que ça cesse. Sérieusement, vous trouvez ça normal ? Moi pas. Bon à la limite, si c’était moins exagéré, je ne dis pas… Mais là ! Enfin ! Un peu de bon sens sacrebleu !

Oui, y en a marre de ces pubs et autres photos d’illustration de course à pied qui montrent des « coureurs » faisant des foulées de trois mètres cinquante, en atterrissant sur l’angle du talon, raides comme des piquets et avec le sourire s’il vous plaît. Donc aujourd’hui Pasprèspas lance un appel à témoin. Si vous êtes un des « coureurs » de ces photos, contactez nous. Dites nous tout. On vous a forcé ? L’enfer de la drogue, l’alcool, vous ne pouviez plus vous en sortir, il fallait accepter ce shooting de tous les dangers où chaque pas pouvait vous faire perdre la jambe ? Si vous êtes en fauteuil roulant et déjà remplacé par un autre mannequin qui est prêt à sacrifier sa santé pour une campagne de pub chez Décathlon, contactez nous, partagez votre souffrance !

Ou bien vous courrez vraiment comme ça et vos genoux ne sont pas encore dans la boîte à gants ? Si oui, par quel miracle? Partagez votre secret avec nous !

Et pourquoi Décathlon d’ailleurs? Aucune idée, mais force est de constater que le roi incontesté de ce genre d’illustration reste la marque bleue ! Cherchez. Dites moi si une autre marque en abuse autant. Qu’on m’explique. Y aurait-il un accord secret entre l’amicale des kinésithérapeutes et la célèbre marque ? Ou bien est-ce la folie d’un photographe fétichiste des dessous de pied ?

Les preuves sont accablantes :

48142_214163938708441_377389954_n_decathlon

Allez on y va, 4 mètres de foulée, et des bonds à 30cm du sol. Grand angle admettons, mais portnawak quand même. Ça tient 10 bornes comme ça la demoiselle ? Mon cul, 800 mètres et c’est fini. Et une rotule qui fait schkling au prochain impact, une !

316371_584482541591842_221684891_n_decathlon

Elle, admettons, elle sourit bêtement et ne regarde pas où elle court, elle va se manger un poteau… Mais lui, dans la série « je me la pète », il tient pas 2 bornes avec cette foulée, et ce qui va bien péter à la fin, c’est son tendon rotulien.

544410_484492458277654_176177386_n_decathlon

Bon, j’ai le crane rasé, j’avoue, je peux plus dire. Mais vous, quand vous partez courir, vos cheveux partent comme ça en arrière ? C’est un footing ça mademoiselle ? Qui c’est qui va se faire doubler par un petit vieux de 60 balais au bout de 5km, le souffle court et les articulations en compote  ?

923020_511569302243388_472924901_n

Alors dans la série je cours avec un balai dans le cul, je demande le couple Décathlon. On dirait des Playmobils qui courent sans déconner ! Et ça sourit, ça transpire pas sous les bras, et ça talonne gaiement avec des chaussures légères. Sortis du cadre, ça rigolait moins, croyez moi. Kinééééé !

conseil_kalenji_campagne_0

Le reste de la famille Playmobil. Les coureurs Décathlon ne peuvent courir qu’en ligne droite en fait. Au premier virage, boum, le mur. Si les tendons n’ont pas fait « clac » avant de toute façon…

conseil_kalenji_com_course_nocturne

La nuit, ça marche aussi. Toujours un balai dans le cul, toujours le talon en avant et le sourire aux lèvres, toujours par deux, toujours synchronisés. Sont-ils attachés par des câbles invisibles ? Serait-ce des marionnettes ? Nous exigeons la vérité !

deathrun1

Allez, y en a pas que pour Décathlon. On tient notre champion. Le modèle de Fitness Network est tout simplement coupable de la plupart des secousses sismiques enregistrées aux USA depuis quelques années. A chacun de ses apparitions, mes genoux crient de douleur.

diagana-2

Non Stéphane, pas toiiiiiii. Quel est ce sort diabolique, cet envoûtement que les photographes de Décathlon vous lancent ?

ELIOFEET_BLEU_FONCE_2013_8236665_4

Les frères Talonneurs sont dans la place ! Souriants, fiers comme un bar tabac, le buste bien droit et les tendons en sursis. Force Bleuuuuu, Force Rouuuuuge.

kalenji

Découvrez les deux univers. Dans l’univers normal, personne ne court comme ça. Mais dans l’univers Décathlon, on peut courir avec un balai dans le cul, les cheveux aux vents, planter les talons dans le bitume, et on a même pas mal.

kalenji_runningcollection_sld1

Si tu cours en Kalenji, tu peux miraculeusement faire des foulées de 4 mètres, sans ouvrir la bouche ni transpirer, et ton tendon rotulien ne te pète pas à la gueule quand tu martyrises le bitume de ton talon acéré.

kalenjiV2

Confidentiel, ça se comprend. Il faudrait vraiment courir sur des nuages pour pouvoir se détruire la jambe de la sorte et encore arriver à sourire.

triathlon-running_runners.fr

Même runners.fr s’y met ! Leur coureur se prend pour Michael Jordan et fait le grand écart à chaque foulée. Ah pour faire le beau sur la photo, y a du monde. On aimerait voir si ça rigole autant à la fin d’un semi !

41 commentaires » Ecrire un commentaire

    • Voilà ! Faut que ça cesse. Faut qu’ils aient l’air de coureurs normaux. Avec des foulées écrasées pour certains. La bave aux lèvres. Un rictus de douleur sur le visage, mais aussi le bonheur d’en chier. Je vais aller postuler pour être photographe chez Décath tiens !

  1. Ahahahah énorme ! On s’est tous fait cette réflexion « wouaah ils sont quand même vachement bien, quelle allure naturelle, quelle synchronisation dans la foulée, quel plantage de talon dans le sol, quel beau sourire bien forcé ». Il manque juste le « family-shoot », avec Papa, Maman, Marie-Eleonore 14 ans et Jean-Gustave 12 ans, tous en kalenji et qui sont tellement content d’être la !

    Faut donner envie, le marketing c’est pas toujours la vraie vie :p

    C’est sûr qu’à faire le kéké comme eux, je tiens pas très longtemps moi !

    • Hmmmm bonne idée Quentin ! Si on organisait un shooting « Kalenji » ? On essaye tous de prendre ce genre de pose, on arrive bien coiffé, pas de transpiration, et on voit si on peut faire aussi bien 😉

      • 1. je suis même pas sûre de réussir à tendre la jambe de la sorte.
        2. ne pas transpirer, je sais pas comment ils font, moi je commence avant même de courir…
        3. même sans courir, je ne suis jamais bien coiffée. d’ailleurs à ce propos, non, mes cheveux ne flottent pas au vent comme les dames des photos, ils se contentent de s’emmêler.
        4. j’ai pas la technologie nécessaire à la prise de photo (à part ma webcam immonde comme tu sais 😀 ).

        A part ça, je suis toujours partante pour faire des conneries.

      • Faut organiser le shooting quelque part. Je peux prendre les photos, j’ai le matériel 😉 Ca serait sympa de se retrouver pour faire un truc comme ça, style « faisons les beaux », pour des photos de CV de coureur quoi ! Un truc décalé.

  2. C’est beau! Le mec de Fitness Network, je sais même pas comment il arrive à se réceptionner: quand je vois l’image, j’ai l’impression que ce qui va toucher le sol en premier c’est l’arrière de son talon et qu’il va glisser en grand écart. Sinon, ouais, j’adore les photos où les gens ne touchent jamais le sol, alors que toi, quand tu découvres tes photos de course, t’es toujours pris au moment où tu t’écrases le plus au sol. Épatant.
    Avant, quand je voyais ce genre de photos, ça m’énervait. Maintenant, ça me fait penser à toi, et je m’agace plus, parce que je sais que quelqu’un d’autre le fait à ma place. 😀

    • le pire c’est quand en course tu repère le photographe avant, du coup du allonge la foulée t’essaie de prendre l’air détendu qui maîtrise et tout. tu te dis bon je vais avoir une belle photo. et quand 3jours apres elle apparait en ligne t’as l’air d’une grosse patate écrasée et dégoulinante.

      • Ah ah l’effet Barney Stinson, j’adore ! Toujours d’excellentes références !
        Pour ma part, en plus d’être bien tassé, l’angle de vue est toujours tel qu’on a l’impression que les deux pieds sont au sol, donc la foulée de 4 m … c’est pas ça !

    • Ah ah, très bon, je sens que ca va le faire ! Je m’attelle à la tache au plus vite, le temps de préparer la logistique et le ravalement de façade. Tous les artifices sont autorisés, parce que le bonhomme de runners.fr, avec le halo de lumière qui l’entoure, c’est carrément la foulée divine. On note l’importance des bras élancés également !

  3. Excellent ton post ! 🙂
    En même temps, c’est un peu comme çà que j’ai couru pendant 15 ans 😐 … Et c’est comme çà qu’on nous disait de courir à l’époque : amplitude, « déroulé » du pied, etc.

    • Je pense pas que la plupart de ces photos soient libres de droit. A la limite, j’attends même le procès de Décathlon avec impatience, ça me fera de la notoriété 😉 Et s’ils se manifestent pas, je fais une page avec des mots clés bien choisis pour que Prism me choppe et que je finisse à Gantanamo.

        • Ouais. On saute du mur, tu pars à fond, tu te retournes, j’ai pas démarré. Tu m’engueules «mais qu’est ce que tu fous?!»

          Et moi: «attends ma Garmin a pas encore le signal GPS»

          • C’est de l’addiction ou je ne m’y connais pas. (C’est plus un shooting qu’il nous faut… c’est un scénario… un film!)

  4. Tellement drôle ^^ et quand on voit toutes ces photos les unes après les autres, on se rend compte qu’elles se ressemblent vraiment toutes !! Tu as toujours deux guignols complètement synchro, la jambe hyper tendue en avant, prêts à retomber bien sur le bout du talon ! Bizarre quand même pour des marques de sport de diffuser des messages aussi peu « sportifs » finalement !

    • Oui, mais là, c’est du labourage de terrain ! On talonne tous ou presque. Mais comme ça, non. Regardons 1000 photos prise sur une fin de course on aura combien de foulées comme ça ? 🙂

  5. Rétrolien : La menace fantôme | Kutne's Marathon Quest

  6. Rétrolien : Allez, tous ensemble: ouaaaaaaah !!! | Pasaprespas

  7. Rétrolien : Foulée, évolution 2011-2013 | Pasaprespas

  8. Rétrolien : Garmin 620 : preview | Pasaprespas

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.