Chère montée de Berzet

Chère montée de Berzet

Je ne sais pas à quoi tu ressembles. Je ne sais pas si tu es grande, petite, avec de jolies courbes, facile, difficile. Peu importe. Une blind date, pour une fois, ça fait plaisir. On m’a juste dit qu’avec toi, ça allait être court mais intense. Et tout ce que je sais, comme le dit si bien Mac dans ce grand film métaphysique de John Mc Tiernan (Free McT !) :

« Oh ma beauté, nous deux on va faire la fête ce soir »

Je t’embrasse, à Samedi. Fais toi belle.

      Ton futur prétendant

PS vous noterez l’effort appréciable de l’auteur qui n’a jamais cédé à la facilité. Il eut été tellement facile de faire des blagues graveleuses du genre «paraît que tu es difficile à monter» ou encore «on m’a dit que tout le village t’était passé dessus», voir même «je vais bien transpirer pour toi, on va Berzet comme des fous». Mais non. L’auteur, par respect pour son public, n’a fait aucune de ces vannes minables.

9 commentaires

  1. Tu es bon quand même : un peu de romantisme pour ces dames et quelques bons mots pour ces messieurs 😉
    J’espère que tu apprécieras comme il se doit ces généreuses courbes auvergnates qui, peut être, te rappelleront quelques émois de ta jeunesse passée… Sois fort !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *