S9

Une dernière semaine un peu aménagée, le marathon étant un Mercredi. Donc la S9 devient une semaine de 9 jours avec 6 séances. Rien de faramineux sur le papier, ça devient facile. Bien sûr, comme Paspaprèspas tient à vous garder captiver par l’odyssée homérique de son second marathon, nous ajoutons un petit imprévu en fin de semaine. Allez, cliquez, ne vous faites pas prier !

S9E1

La sortie footing, 6 bornes, au feeling, avec la musique pour ne plus se regarder courir. C’est une bonne méthode, on s’isole, l’esprit se concentre sur autre chose, et le corps décide. Et pour une fois, on a pris le cardio pour regarder où la belle forme du moment en est. 6.09km, 35:10 (5:46min/km, 142puls/min). C’est pas compliqué, aucun équivalent cardiaque à cette vitesse. Le beau temps est de retour également, donc tous les indicateurs sont au beau fixe !

S9E2

Un dernier fractionné un peu « lourd », avec au programme :

30’ footing (5km)  + 7 X 1000m avec 300m à 85% + 400m à 80% + 300m en progressif de 80 à 85/90%. Entre chaque 1000m récup  sur 200m à 60/65%.

Sur la papier, ça faisait un peu peur, comme tous les gros fractionnés du plan. Mais sur le terrain, ça se passe nettement plus facilement que prévu, et même trop vite :

1:12.5 (4:02) | 1:51.2 (4:38) | 1:13.3 (4:04)
1:18.3 (4:21) | 1:49.6 (4:34) | 1:14.3 (4:08)
1:17.8 (4:19) | 1:51.6 (4:39) | 1:14.3 (4:08)
1:15.8 (4:13) | 1:50.9 (4:37) | 1:15.4 (4:11)
1:14.7 (4:09) | 1:49.7 (4:34) | 1:13.2 (4:04)
1:14.0 (4:07) | 1:48.1 (4:30) | 1:11.1 (3:57)
1:15.5 (4:12) | 1:46.0 (4:25) | 1:07.2 (3:44)

6 secondes de variabilité pour le premier 300m à 85% (avec surtout une première répèt trop rapide comme toujours…), 5 secondes sur le 400m (mais avec une dernière répèt accélérée pour se faire plaisir, donc disons plutôt 3 secondes), 4 secondes sur le second 300m (on oublie le craquage de la dernière répèt).

La vitesse est bien respectée sur les deux premiers segments, mais le progressif… Je me laisse aller ! Le tout sans faire exploser le cardio, max à 175pulsations/min. Bref, au niveau vitesse, je pense qu’on est bon ! Avec l’affûtage de la préparation (je dois peser 3 à 4kg de moins que lors de mon dernier test VMA), il y aurait sûrement moyen de revoir les temps de tous ces fractionnés. Mais on ne va pas faire n’importe quoi en semaine 9 bien sûr, on ne touche à rien. Et ça fait du bien de se sentir à l’aise.

S9E3 S9E4

Deux autres sorties footing, ça sent la fin de préparation.

4.84km en 25:33 (5:15min/km), une sortie trop rapide même pour de l’endurance (allez, jusque là, j’ai pas craqué souvent, je me l’autorise), puis 5.28km en 31:44 (6:01 min/km), une vraie sortie footing bien gérée sans jamais forcer.

S9E4.5

Le Dimanche, une sortie « bonus », afin de décaler la sortie longue au mardi (le marathon étant un Mercredi, faut bien s’amuser un peu avec le calendrier). On ajoute donc un gros footing de 10km à l’occasion de la Ramboliten. On court donc 10km en « accompagnateur » avec une collègue, en 1h11:16 (ouch !), soit 6:49min/km. Inutile de dire qu’on a l’impression de marcher à cette vitesse… C’est un nouveau plus mauvais classement en course, mais c’est une sortie plaisir, donc honnêtement, on s’en tamponne. Par contre le fait de sautiller sur place fait que le tendon d’Achille gauche finit par se plaindre la sollicitation un peu trop « verticale ». Donc cette belle sortie dans le parc privé du château de Rambouillet sera peut-être un cadeau empoisonné au final… A voir.

S9E5

La sortie longue le mardi, aux jardins des Tuileries (ouais, on se refuse rien sur Pasaprèspas). Enfin du soleil. Enfin on ne court plus seul, puisque c’est avec un autre avion de chasse (un vrai, <38min au km, ça commence à avancer) qu’on attaque 1h40, avec un petit progressif 70 à 80/85%. Conditions idéales, pas trop chaudes, terrain un peu trop « touristique » bien sûr, on zig zague plus que nécessaire. Pas trop difficile de tenir la cadence malgré la journée au bureau avant, et le deuxième test de boisson Nutraperf est à nouveau très impressionnant : malgré l’après midi au bureau, le trajet, 1h40 d’entraînement, aucune sensation de faim à 21h ! Les tests sont vraiment concluants à ce niveau. Reste que le tendon d’Achille gauche est un peu douloureux à la fin de la sortie, et un peu plus à froid. Rien de dramatique, il reste une semaine pour bien le laisser se reposer.

Bilan

Une bonne semaine de 9 jours, 58.8km en 5h31, mais avec le petit caillou dans la chaussure du tendon d’Achille gauche qui fait dire que le 1er Mai, ça risque de chatouiller. Il vaut mieux maintenant qu’au milieu de la prépa cela dit, soyons positif. Les séances de la S10 pourront être annulées ou décalées, ce n’est qu’un détail. Glace glace glace, repos, tout le reste va très bien : poids, jambes, vitesse, mental, tout est prêt et décidé. Il reste à patienter. Quand la Garmin a fait retentir ses 5 bips à la fin de la SL, une seule pensée en tête :

Je

Suis

PRÊT

BRING. IT. ON.
(oui, on parle en anglais sur Pasaprespas, on est fan de Jean Claude Vandamme)

7 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Good job !
    Ce qui serait suspect voire inquiétant à J-7, c’est que tu ne souffres d’aucune petite douleur psychosomatique => le jour J, elle aura disparu 😉

  2. C’est réglé comme du papier à musique.
    Je suis épaté par le sérieux de ta préparation.
    Même si on est jamais à l’abri de rien, tu peux partir confiant sur ta course.

    • Merci! J’ai du mal à imaginer tenter mon maximum sans me préparer très sérieusement. Pour 3h40, je pourrais être plus cool… 3h30 ça me semblait presque impossible du départ, ça aide à donner le maximum si on veut encore y croire!

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.