Marathon de Paris 2013

J’ai vu l’impatience
J’ai vu la peur
J’ai vu l’excitation
J’ai vu la sueur
J’ai vu l’effort
J’ai vu l’abandon
J’ai vu la douleur
J’ai vu les poings serrés
J’ai vu les doigts entrelacés
J’ai vu le dépassement
J’ai vu la solidarité
J’ai vu la détresse
J’ai vu la victoire
J’ai vu la joie
J’ai vu les larmes

Et dans 3 semaines, je vais vivre.
Quoi précisément ? C’est bien là que réside toute la beauté de la chose…

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *