S2

On enchaîne gaiement (et fraîchement) avec la second semaine de préparation au marathon. Le tendon d’Achille tiendra-t-il ? Votre super héros de la course à pied réussira-t-il à se construire une endurance suffisante pour faire un bon temps au marathon ? Le suspense est dors et déjà trépidant.Bon ok, on en fait un peu trop. La seconde semaine reste une semaine de montée en charge, sans chercher à pousser trop en vitesse.

S2E1

Le mardi, une sortie « fait maison » qui remplace l’effrayante séance de côte du plan choisi. Restons raisonnable, le tendon n’est sûrement pas à 100%. Donc à la place, on se fait un petit fractionné sans trop pousser, 20 minutes, échauffement 15 minutes à rythme « marathon » au feeling, 5 minutes tranquille, puis 15 minutes rythme « marathon » à nouveau, et enfin 10 minutes de récup.

On constate bien que le rythme de marathon ressenti est loin de l’optimum théorique (12km/h). La première répèt se fait vers 5:15 (ouch !), la seconde vers 5:00 (mieux). Mais soyons honnête, la véritable cadence tenable est plus la première que la seconde actuellement (le cardio montant rapidement au dessus de 160 à 12km/h). Mais on court sans douleur, et les sensations restent sympas vu les conditions (0°C, du vent, un peu de neige au sol…). Au total, 12km en 1:05:12, soit 5:26/km, à 153 puls/min.

S2E2

On enchaîne dès le jour suivant parce qu’il va bien falloir monter à 4 séances semaine rapidement. Mais on y va cool. Très cool. 40 min à 6:18/km, pour 6.36km, c’est du rarement vu pour une sortie en solo. L’attitude « footing de récup » a été bien respectée pour une fois. Pas de douleurs, une promenade quoi.

S2E3

Le Vendredi, un autre sortie cool avec une collègue, 7.34km en 51:54 (7:05/km), encore plus promenade pour le coup. Avec le temps à nouveau très froid et humide, cela fait quand même faire ses kms sans risque de prendre froid, et les jambes sont évidemment à l’aise. Pas d’enflammade, on reste tranquille tout du long, un ou deux passages légèrement plus vite, mais on reste au maxi en endurance.

S2E4

Dimanche, on attend l’arrivée du soleil (et le départ du bordel du Semi de Paris du bois de Vincennes…) pour se faire sa sortie longue. Là on s’en tient au plan : 1h d’endurance (vitesse visée : 5:30 max), puis 15min à 70/75% de VMA (ce qui devrait être en théorie la vitesse marathon), puis 15 minutes en endurance, et à nouveau 10 minutes à 70/75%. Une grossière erreur d’appréciation du parcours(l’habituel « tour des 3 lacs » à Vincennes) fait qu’on en rajoute une petite louche, mais sans piocher. Au final ça donne 20km (oui, on a poussé pour avoir un chiffre rond bien sûr) en 1:51:47, soit 5:36/km à 158puls/min. Le tout s’est fait aux sensations pour l’endurance, avec un départ très lent pour gérer la montée vers Vincennes (5:48/km pour la première heure), un effort difficile à imaginer sur 3h30 pour la première accélération (5:00/km, mais à 166puls/min), puis une bonne récup à 5:31/km, avant d’enchaîner plus facilement sur la seconde accélération (pas de chiffres, la montre ayant cumulé avec la récup qui a suivi… bien programmé mec !). Mais il faut dire qu’en ayant perdu 1.8kg par rapport au départ, on est peut-être un peu plus facile. Restons raisonnable, il y a beaucoup de travail à faire avant d’espérer tenir cette cadence. Mais le principal est de bien se sentir après, le mollet droit est un peu courbaturé, mais entre les chaussettes de récup et un bon massage, ça devrait aller tranquillement pour le mardi !

On conclut donc cette semaine 2 avec 45.7km au compteur, et 4 sorties. Ça manque encore clairement de sorties « dures », mais comme les sensations sur le tendon sont très bonnes pour le moment, la semaine 3 sera l’occasion d’augmenter l’intensité, en restant à 4 sorties / semaine. Ce qui est déjà bien mieux qu’à la même époque pour son premier plan, cela dit. Évitons quand même de s’enflammer et de vouloir trop en faire, on passera sûrement à 5 séances en S4 ou S5.

4 commentaires » Ecrire un commentaire

    • Il serait temps, j’ai tiré sur la corde trop souvent, et là je pense que ce marathon ne tient pas forcément à grand chose après les mois de janvier et décembre assez calamiteux ! Donc soit je suis moins bête, soit je vais exploser en vol 🙂

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.