Lettre à ma bicyclette

Chère bicyclette,
je sais qu’on ne s’est pas beaucoup vus ces derniers temps. Tu dois déjà te douter de la raison.
Je suis revenu avec elle. Mais je ne t’avais jamais menti, n’est-ce pas ? Quand je suis venu à toi, l’année dernière, je t’ai avoué ce qui m’arrivait. Qu’entre elle et moi, ça n’allait plus comme avant. Elle m’avait blessé, je souffrais depuis quelques mois. Ça ne pouvait plus continuer comme ça. Donc je l’ai quittée, pour un moment, et je savais que tu saurais t’occuper de moi. Mais je t’avais avoué que je reviendrai à elle, quoi qu’il arrive. Je sais que ça paraît parfois compliqué entre elle et moi, de se faire du mal comme ça entre nous. Il y a quelque chose de masochiste dans cette relation, peut-être. Mais on s’aime tellement quand même.
Avec toi, c’est bien aussi. C’est autre chose, un autre rythme, une autre façon de se voir.  Les débuts ont été un peu difficiles, mais j’y ai aussi pris beaucoup de plaisir par la suite. Ce n’est pas ta faute, tu n’es pas moins bien qu’elle, c’est juste de moi dont il s’agit. J’ai besoin de plus de liberté je crois. Avec toi, je dois faire plus attention, on ne peut pas se voir n’importe où, n’importe quand. Tu es un peu difficile, il faut bien l’avouer, tu aimes ton petit confort: pas de pluie, pas de neige, tu n’aimes pas trop les grands froids. Je dois faire attention quand on est ensemble, aux autres autour de nous, je ne peux pas écouter de musique par exemple. Il faut aussi s’occuper de toi après nos petites sorties, te bichonner. Et tu me connais, j’ai déjà du mal à m’occuper de moi-même.
Avec elle, j’ai le sentiment d’être plus libre. Je la vois quand je veux. Le matin, le midi, le soir. Toutes les heures conviennent. Qu’il fasse beau, froid, chaud, qu’il neige, qu’il pleuve… On trouve toujours un moment, même bref. C’est juste une relation plus simple et libre. Elle me demande parfois une attention complète et totale, mais si je veux juste écouter de la musique, je peux m’évader, arrêter de penser à mes soucis quotidiens et profiter de sa compagnie.
Et depuis quelques temps, ça va beaucoup mieux entre elle et moi. Nous avons eu des mois difficiles, j’ai même pensé que je ne la reverrai peut-être plus. Qu’elle et moi, nous avions déjà connu le meilleur, et que je devais passer à autre chose, qu’elle me blesserait toujours. Mais j’ai travaillé sur moi, j’ai compris mes erreurs. Je m’y prenais mal avec elle, et je manquais de confiance aussi. Nous avons décidé de reprendre de zéro, et depuis, nous nous comprenons mieux. Nous avons passé le week-end à Paris, et jamais ça n’avait été aussi fort. J’espère que tu comprendras que mon histoire avec elle n’est pas finie. J’ai encore beaucoup de choses à vivre en sa compagnie.
Mais sache que je t’aimerai toujours, ma bicyclette. Je reviendrai toujours te voir de temps en temps. Nos sorties dans les montagnes, tu sais combien j’ai apprécié, je m’en souviens encore. Toi et moi, on est pas fait pour se voir ici, à la ville. Nous avons besoin du grand air, de grands espaces. Je t’offrirai ça un jour, ne t’inquiète pas.
affectueusement,
ton partenaire

4 commentaires » Ecrire un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.