Roulez jeun… p’tits… Euhh. Roulez quoi !

L’avantage d’une blessure, et de ne pas être trop feignant, c’est qu’elle force à se tourner vers d’autres sports et donc à relever un petit peu la tête. Oui, fini « le nez dans le guidon », dans le sens imagé du terme, pour le plonger dans le guidon au sens littéral du terme cette fois. Alors, moins mal aux fesses au final ? Vous le saurez en cliquant sur le lien ci-contre (et non, il n’y a pas de photos, n’ayez crainte) :La coupure franche depuis la douleur au tendon d’Achille permet de dresser des conclusions rapides :

-multiplier les sorties en vélo permet de plus rapidement s’affranchir des problèmes de débutant. Par « problèmes de débutant », on veut bien sûr parler du fameux « mal de fesses » qui rend les sorties longues… moins longues. Avec une à deux sorties hebdomadaires, et du matériel adapté, la gêne disparaît progressivement. Par « matériel adapté », on entend un cuissard de vélo (avec son petit rembourrage) et / ou une housse de selle en silicone et / ou une selle moins dure et / ou une meilleure position sur le vélo.

On arrive alors à prendre du plaisir sur le vélo, tout en entretenant ses jambes (même si probablement pas exactement de la même façon que la course à pied) et surtout son cœur. En bon intégriste de la course à pied, ce « cross training » forcé se révèle finalement intéressant, car il conforte dans l’idée qu’un petit mix course / vélo devrait être bénéfique, surtout pour des périodes d’entraînement « lourd » (comprendre : prépa marathon). Remplacer une séance d’endurance par une sortie vélo permet en effet :

-d’économiser les articulations
-de se changer un peu les idées
-de faire travailler le cœur en endurance assez facilement

Plus pratiquement, on parle donc de :

10km en 26:48 fin Mars pour tester un peu le tendon, RAS, tout va bien
22.9km en 1:00:57 début Avril pour faire une vraie sortie d’endurance type « 10km » en course à pied, en VTT sur bitume bien plat
21.8km en 1:18:16 en mode mixte bitume/chemin en Auvergne, sur un VTT un peu plus sympa (Lapierre), bien agréable donc !
40.3km en 1:46:22 sur un vélo de course tout à fait sympathique (un autre Lapierre), une sortie d’endurance semi longue.
21.3km en 1:03:35 dans le froid et le vent du Nord, sur bitume et un autre VTT (non non, j’ai pas de collection de vélo, j’emprunte à des amis en fonction du lieu !)
12.20 km en 36:51, oui c’est court, mais quand on veut bricoler et qu’on y connaît rien, on croit resserrer la pédale qui vibrait un peu, et on finit avec une pédale qui vibre franchement, donc retour à la maison
22.05km en 1:02:38 dès le lendemain, avec un nouveau demi tour pour resserrer encore une fois cette f….. pédale, puis un retour à la normale avec la petite heure habituelle.

Aucune gêne physique particulière sur ces sorties, et un vrai plaisir à l’effort.

Bon, vous allez le me dire, tes sorties en vélo, on s’en fout un peu, c’est un blog de course à pied ici non ? Vous n’avez pas tort, et en effet, si ce sport « alternatif » est intéressant et complémentaire de la course à pied, il ne devrait rester que complémentaire. Car oui, pardon aux fans de la petite reine, mais je ne rêve pas de vélo la nuit…

6 commentaires

  1. Le vélo est un excellent complément à la course, faut juste trouver la patience de ne pas reprendre la course trop vite. 🙂 Alors bon courage, tu vas bientôt re-gambader ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *