Cinéma : Thor et L’Aigle de la Neuvième Légion

Cette semaine dans notre rubrique cinéma, deux films de guerriers à épée et autres armes blanches.

On commence avec la nouvelle production des studios Marvell : Thor de Kenneth Brannagh, avec Chris Hemsworth et Nathalie Portman

Alors autant Ironman m’avait bien diverti, autant là la production Hollywoodienne à la chaîne trouve ses limites. Déjà à la base, la plupart des films de super héros sont chiants, soyons honnête, n’est pas Watchmen ou Dark Knight qui veut. Un mec en collant moulant qui sauve la veuve et l’orphelin à chaque fois, c’est nase. J’avais pourtant une lueur d’espoir ici, la belle Nathalie Portman, le Shakespearien Kenneth Brannagh derrière la caméra… Hélas Thor reste un produit fabriqué à la chaîne comme tant d’autres à Hollywood. C’est léché, c’est bien foutu, y a des moyens, mais c’est tellement convenu qu’on oublie tout une fois sorti de la salle. Les scènes d’action sont assez bien troussées bien sûr, Thor fait tourner son maillet comme un ventilateur, ça fait beaucoup de bruit, la 3D n’est pas trop envahissante. Mais tout autour, c’est le néant. Tout le monde est gentil dans ce film déjà, on a plus pitié du frère renégat qu’autre chose, y en a marre des méchants qu’on excuse. Bien sûr, il y a l’affreux peuple des glaces, les méchants sont tout le temps moches de toute façon dans les films US. C’est nettement plus facile à tuer aussi, mais pas de sang bien sûr. Ni de sexe.  Et les connaisseurs auront reconnu l’énorme (par le talent, pas par la taille) Asano Tadanobu qui vient ici prendre un bon chèque dans un second rôle insignifiant. Nathalie Portman fait de même, et si l’on comprend que les luttes de pouvoir familiales aient pu intéresser Kenneth Brannagh, la superficialité de l’ensemble peine à nous convaincre. Bref, c’est du ciné Pop Corn sans grand intérêt, si ce n’est celui de faire du bruit pour pas grand chose. Bon allez, 2/5 pour les effets spéciaux et le rythme assez efficace.

Et si l’on en vient à la course à pied, ce n’est pas folichon non plus : Chris Hemsworth a passé beaucoup trop de temps en salle de muscu pour être un bon coureur, tandis que Nathalie Portman court bien un peu au ralenti, mais sans qu’on puisse en déduire grand chose. Bref, très bourrin et plus proche du 100 mètres que de l’endurance. 1/5

Heureusement, L’Aigle de la Neuvième Légion de Kevin MacDonald avec Channing Tatum et Jamie Bell vient nous réconcilier avec le cinéma. Car oui, ce péplum champêtre est un vrai bon morceau de cinéma, qui ne révolutionnera sûrement pas le genre, mais qui se montre solide. On ne prend pas le spectateur pour un consommateur ici, le scénario est simple mais solide, les acteurs très impliqués, à commencer par un Channing Tatum que je n’attendais absolument pas à ce niveau. Attention, ne vous attendez pas à un film épique avec des grosses batailles à la Gladiator, L’Aigle est un film plus modeste qui s’attache avant tout à ses personnages plus qu’à balancer des soldats les uns contre les autres. Kevin MacDonald avait déjà démontré de belles choses avec Le Dernier Roi d’Ecosse, il confirme ici. Je me rematterais volontiers trois fois ce genre de petit film costaud plutôt que de revoir une seule fois un produit de grand consommation comme Thor. Un bon 3.75/5 amplement mérité !

Les fans de trail seront sûrement ravis de voir que dans L’Aigle, on cavale beaucoup dans la campagne. Channing Tatum est rapidement handicapé par une sale blessure à un genou, mais on voit qu’au niveau mental, il a ce qu’il faut pour l’endurance. Son compagnon Jamie Bell fait preuve d’une belle vitesse et a le physique pour être un bon coureur. Enfin, ce sont surtout les guerriers Seals qui se montrent de redoutables trailers. Bref, dans L’Aigle, on fait preuve d’une sacré condition physique ! Les coureurs apprécieront, un solide 3.5/5 pour la course à pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *